Mister WordPress a pris une décision grave ! Dorénavant, il ne prendra plus de nouveaux clients, ou presque. La raison de ce choix ? Comment va-t-il faire pour remplir son réfrigérateur sans client ? Vous apprendrez tout cela un peu plus bas, mais d’abord, laissez-moi vous raconter une histoire…  

 

Ah, je vous reconnais ! 😀

Vous êtes le malin qui a choisi de travailler avec WordPress. Bonne idée, ce n’est pas cher. C’est flexible, évolutif et il y a des milliers milliards de webmasters à portée de clic, là, sur Google, prêts à vous aider pour 20€  😎

Il a WordPress !

« Oui mais… ! »

Aujourd’hui, j’écris un article qui va à l’encontre de tout ce que j’ai déjà publié concernant WordPress.

En fin d’article, vous retrouverez les liens vers mes autres publications, celles où je plébiscitais WordPress comme un amoureux transi.

Aujourd’hui, je retourne ma veste !

Je crois que j’ai un peu trop bien vendu WordPress. Enfin. Toutes les louanges que j’ai chantées à WordPress étaient réelles et je les pense toujours 😕

Par contre, je dois vous parler du revers de la médaille. Un revers de médaille qui peut être cause de déception pour vous, que vous soyez un simple utilisateur de WordPress ou un client qui a embauché un expert WP. Un revers de médaille qui peut aussi être problématique pour vous, si vous êtes un professionnel de WordPress, comme moi. 😎

Client : votre besoin, vos attentes, vos croyances…

On vous a parlé de WordPress et on vous l’a décrit comme un CMS formidable qui permet de tout faire avec de simples clics de souris. La légende raconte même que WordPress rend les dents blanches et le poil soyeux. 😀

Le rêve ! Vous pensiez devoir débourser entre 20.000 et 40.000€ pour développer le projet de vos rêves. Vous pensiez devoir négocier avec votre banquier un business plan à la main, pour faire financer votre site Web. Mais grâce au CMS, cela devrait vous coûter 1.000€ maximum. Waaaouh ! À vous l’entrepreneuriat pour un investissement MINIMUM. Vous rêvez déjà de créer une startup qui va directement concurrencer Airbnb, Uber et TripAdvisor à la fois !

Ni une, ni deux, vous vous êtes inscrit gratuitement sur WordPress.com et au bout de deux jours de travail, vous avez compris que vous vous étiez trompé de site. WordPress.com, c’est un WordPress bridé et en plus, c’est payant. Nul !

En fait, vous cherchiez WordPress.org. Hé hé, pas de problème, il faut souffrir pour devenir le Mark Zuckerberg français.

No problemo. Cette fois-ci, vous êtes bon, vous avez téléchargé WordPress sur WordPress.org (le bon). Après 4 heures de vidéos YouTube, vous avez réussi à installer WordPress en réservant un hébergement Web. 2€ par mois, ce n’est pas la mer à boire puisque vous roulerez probablement en Ferrari l’année prochaine.

Vous vous êtes dépassé !

Après 3 semaines de travail acharné durant votre temps libre (après Esprits Criminels et Les Experts à Miami, faut pas déconner), c’est sans problème que vous avez installé un thème WordPress que vous avez choisi parce qu’il était de votre couleur préférée et que les photos de la démo étaient trop belles. Le professionnel qui vous a conseillé Divi était vraiment à côté de ses pompes, mais on ne vous la fait pas à l’envers à vous ! Vous avez Google 😀

Vous avez même réussi à installer 62 plugins gratuits tout seul, comme un grand. Il suffisait d’aller dans l’onglet qui s’appelle « Extensions » et d’utiliser le petit moteur de recherche.

Par contre, depuis que vous avez cliqué partout, votre site est devenu un peu lent et votre hébergeur ne veut rien savoir. Et puis, c’est vraiment du travail tout ça et vous êtes un peu fatigué…

En tant que futur Grand Entrepreneur, il vous est venu une idée de Génie !

Et si vous sous-traitiez ce travail à un esclave ?

Heureusement, vous aviez pensé à économiser pendant 6 mois en achetant moins de jeux PlayStation, en faisant moins de sorties chez McDonald et en passant de la mayonnaise Amora à la marque Carrefour. Vous avez maintenant 1.000€ en poche, de quoi embaucher un webmaster freelance pour travailler sur votre site pendant au moins 3 ou 4 semaines non-stop.

Vous avez justement un cousin, Kevin, qui fait ça comme boulot. Lui, au moins, il saura où cliquer mieux que vous. Vous avez souvenir qu’il avait pris moins de deux heures pour installer l’imprimante HP de tante Brigitte à la rentrée de 2012 (ah cette année-là, il faisait toujours chaud pour un mois de septembre).

Kevin va pouvoir m’aider ! 😉 

De toute façon, ces geeks n’ont que ça à faire de leurs journées et ils travaillent en moyenne 14 heures par jours. C’est bien payé pour des clics sur l’ordinateur, ils peuvent facturer facilement 1.500€ par mois à ce rythme. De toute façon, ils ne se nourrissent que de kebabs ces informaticiens et je les vois mal fonder une famille 😀 ça leur suffit amplement.

4 mois plus tard…

Pour obtenir le résultat parfait que vous aviez à l’esprit, vous avez rincé Kevin, réduit en charpie, castré psychologiquement, le pauvre gars ne répond même plus à vos e-mails, vos coups de téléphone et se cache littéralement dans sa cave lorsque vous tambourinez à sa porte.

Malgré tout ça, vous n’y êtes toujours pas. Le site est toujours lent, pourtant, vous avez mis les moyens en installant WP Rocket, W3 Total et Comet Cache. Les trois en même temps pour être sûr !

Le site est plein de bugs. Vous soupçonnez que les 87 plugins WordPress installés ne fonctionnent pas ensemble.

Lorsque vous demandez à Kevin d’ajouter une couleur quelque part dans votre web design, un élément disparaît dans votre menu de navigation ; et lorsque vous voulez rajouter le lien dans votre menu, votre site réapparaît en espagnol au lieu du français.

Vous commencez à douter sérieusement de pouvoir concurrencer Amazon, Bill Gates et de pouvoir rouler en Porsche l’été prochain. Merde ! Tous ces MacDo et cette bonne mayonnaise sacrifiés au nom de quoi ?

WordPress vous a presque ARNAQUÉ !  #colère

Où c’est qu’on peut faire une réclamation ? Où est le support officiel de WordPress ? Personne ne répond ! Même pas un numéro de téléphone où appeler ?

Maintenant, vous avez tout compris ! WordPress, c’est de la merde, en fait.

Non ? 😯

Source : moi pour GeekPress.fr et Pourquoi WordPress ?

C’était l’histoire de WordPress et des clients à éviter 😀  

Merci pour votre lecture. Ça, c’était l’histoire d’un projet WordPress typique avec zéro budget ; un projet comme on en voit toutes les semaines. Si cela vous a rappelé un client ou un projet, n’oubliez pas de me raconter ça en commentaire sous l’article, je veux savoir ! 😀

De nombreux prospects prennent leurs rêves pour des réalités. Ils pensent qu’aujourd’hui, en deux heures avec 50$, ThemeForest et CodeCanyon, on peut créer le nouveau Booking.com. Pris séparément, ces clients l’ignorent, mais ils se ressemblent tous 😉

Dans mon agence de consulting, on les évite, mais alors, grave ! Regardez simplement la tronche de notre page de contact 😉 Go it? 😀

Hein qu’on s’amuse chez Mister WP !?  😀

WordPress & WooCommerce, c’est vraiment de la merde ?

Hey, ne parle pas comme ça de mon copain WordPress !  😈  

Évidemment que WordPress, c’est de la bombe ! Regardez simplement les pages de vente de fou furieux qu’on peut réaliser avec le Divi Builder. Et je ne te parle même pas de WooCommerce, un produit exceptionnel pour créer n’importe quel type de site de vente.

Est-ce qu’il y a un développeur (puriste) dans la salle qui veut nous montrer (dans les commentaires) le système e-commerce qu’il a codé tout seul ?

Je suis en train de me créer un WooCommerce en ce moment pour vendre mes futures formations (produnumerique.com, tu peux aller voir) et croyez-moi, je ne vais pas faire la fine bouche sur les détails, comme certains clients ont l’art de le faire.

90% des clients n’ont rien compris : WordPress est un outil !

Eh ouais. Il y a des clients qui savent ce qu’ils veulent : le bouton, je le veux au-dessus à gauche. Et puis c’est tout ! 

Et même si tu leur déconseilles : le bouton est placé à droite par défaut dans cette extension utilisée par 4 millions d’utilisateurs, car c’est plus efficace comme ça…

Ben, ouais, t’as de l’expérience,
tu faisais déjà du Web avec Microsoft Front Page à l’age de 11 ans
(c’était en 1998, pfiou le temps file).

T’es un ancien si tu te rappelles de ces heures à faire du HTML en toute insouciance 🙂

Même avec tes conseils, même en insistant un peu :

Vous êtes sûr, on le laisse à droite non ? Allez quoi 😳 Pour le mettre à gauche, je vais devoir override 14 fonctions PHP et toucher à 18 hooks WordPress, ça devrait passer par mu-plugin qui fera 500 Ko et consommera les ressources de l’hébergement 1and1 à 1,99€/mois que vous avez choisi. En plus, je n’ai plus dormi depuis 2 semaines, j’aimerais juste pouvoir fermer les yeux pendant 2 heures… s’il vous plaît, pour les réhumidifier. Pitié. 

Non, j’ai dit que je le voulais À GAUCHE LE BOUTON !!! #rage 

D’accord. Oui maître. Tout de suite. 

WordPress est un outil, ouais. Donc, lorsqu’on utilise un truc prémâché, qui nous fait gagner un temps de dingue, on doit parfois se plier à quelques contraintes.

WordPress et WooCommerce ont été développés par quelqu’un d’autre et donc techniquement, des choix ont été faits. On doit parfois un peu revoir nos attentes et s’adapter à l’outil au lieu de forcer l’outil à s’adapter à nos désires les plus fous. Sinon, gare aux conflits de plugins et à la casse lorsque vous allez faire des mises à jour.

Pour ceux qui veulent exprimer leur créativité, il reste la possibilité de se lancer dans la peinture. Pour les ménagères qui s’ennuient et qui sont nulles en dessin, il reste le scrapbooking : demande à Jean-Yves de te payer un appareil photo reflex et sauve un bébé phoque freelance web.

Oui mais NON ! Je serais le prochain Elon Musk avec WordPress et sans budget.
Je change d’expert WordPress. Vous êtes viré !

Le client est roi.

Mais t’as pas de budget putain !

Cher maître, pourquoi vouliez-vous partir sur du WordPress ?

Cher enfant, pour la même raison que je vous ai contacté, ainsi que 287 autres agences Web : pour obtenir le prix le moins cher, le tarif le plus bon marché, économiser, avec une remise, une réduction, un rabais, épargner faire une bonne affaire, trouver un bon plan !

Petite blague « clichée » : si vous me retrouvez suicidé de deux balles dans le dos dans quelques jours… 😉 😀

Chers professionnels du Web, si votre client a un budget faible vous pouvez l’orienter vers l’utilisation d’un CMS au lieu d’un développement pur, MAIS vous devez dès le départ lui faire entrer profondément dans le crâne qu’à un moment donné, ses idées farfelues, elles ne vont PAS passer dans un CMS.

S’il veut faire fabriquer une cafetière dont les gouttes coulent du bas vers le haut, il faudra qu’il passe par du développement spécifique, pur ou basé sur un framework comme Ruby on Rails, Django, Symfony ou je sais pas quoi.
Et ça, vous l’indiquez en gras/rouge/encadré dans votre devis !

Voilà comme ça… tu suis 😉

Dites bien à vos clients que Steve Jobs, à un moment donné, il a créé sa propre startup et a embauché des salariés pour bosser exclusivement sur ses Macintosh. Beaucoup de prospects manquent de cohérence et de lucidité avec leur projet. Genre, ils veulent lancer une nouvelle application mobile qui va générer 500.000€ de chiffre d’affaires dès la deuxième année, mais ils pensent qu’ils vont pouvoir la faire développer par un freelance pour 5000€. Genre, le freelance peut coder Uber en 2 mois, mais en fait, il n’a pas eu l’idée de gagner de l’argent parce qu’un kebab c’est 6€, alors, il est content comme ça. #masochisme

NON ! Arrivé à un certain stade, lorsqu’on est très/trop ambitieux, il faut revoir le type de partenaire avec qui on veut collaborer, revoir son budget et revoir ses attentes en termes de délais. Parce qu’en plus, les projets sont souvent URGENTS, dans la tête des clients.

Via notre questionnaire, on demande toujours aux clients quand ils veulent être livrés.

Eh ben, dans  90% des cas, ils répondent Dans 15 jours les mecs ! Mais faut que le rendu soit PARFAIT, exactement comme dans leurs rêves, budget : 1.200€ maximum 😀

Allez, va faire ton site sur WIX !

Attentes réalistes en fonction du type de partenaire :

  • Jeune freelance : il va pouvoir te faire un site vitrine (ou un e-commerce qui fonctionne tout juste) – Vraie rémunération non-esclavagiste : 1.400€/semaine.
  • Freelance senior : tu peux t’en sortir et faire développer une grosse plateforme en foutant la paix sur les délais à ton gars et en avançant, pas à pas, avec une approche Scrum (avec Scrum, en gros, tu ne développes pas 100% des fonctionnalités dans la V1 comme 90% des clients le demandent ; tu sors d’abord le minimum et tu ajoutes progressivement des blocs fonctionnels au fil du temps) – Au moins : 2.500€/semaine.
  • Agence Web low cost : n’espérez pas vous faire développer le nouveau Instagram avec eux, leurs ressources sont limitées ; mais pour développer de petits projets, c’est bon – Ils vous prendront au moins : 3.000€/semaine.
  • Agence Web premium : à moins que vous soyez une grande marque internationale, on ne répondra pas à votre demande de devis, mais si on vous répond, ils feront du bon boulot, mais à ce prix, vous feriez peut-être mieux d’engager des développeurs et créer une startup – Au moins 5.000€/semaine.

J’ai mis des chiffres parce que tout le monde aime les chiffres dans ce secteur où le flou artistique règne complètement. Mais soyons francs, dans les faits, avec des PME et autres petits clients, on arrive rarement à se faire payer son juste prix ; suffit de comparer la courbe statistique « Des jeunes qui lancent leur entreprise » et « La hausse de vente de boîtes de raviolis chez Aldi » 😀

Dites-moi ce que vous pensez de ces chiffres en commentaire SVP, positif comme négatif 😉

WordPress : avantages et inconvénients

(ce gros titre WordPress, avantages et inconvénients, c’est pour que mon copain Google trouve l’adresse de la fête 😉 désolé pour le dérangement, mais en même temps, c’est le sujet de l’article, un peu quand même)

Les limites de WordPress

On va essayer de définir vite fait les limites qu’il peut y avoir avec WordPress, en français, de façon compréhensible pour tout le monde.

Mais avant, si ça vous intéresse, je voudrais vous proposer de lire une discussion que j’ai eue ces jours-ci avec un compatriote, sur ma chaîne YouTube.

Pour résumer la discussion : WordPress est un bon outil pour les DÉVELOPPEURS (oui oui, non ce n’est pas un troll 😀 ) à condition d’être formé pour WordPress et de ne pas faire n’importe quoi. En vérité, on voit beaucoup de réalisations faites avec WP et qui sont peu fonctionnelles, tout simplement parce que l’outil est accessible à la base, et donc, ça pousse les débutants qui n’y connaissent rien en développement à créer un site avec WordPress, voire pire, proposer leurs services en tant que créateur de site WordPress, sans avoir suivi de formation sérieuse 😮

Source : dans les commentaires sur YouTube

Source : dans les commentaires sur YouTube

Revenons aux limites de WordPress. Je vous explique tout ça !

Ce qu’inclut le cœur de WordPress :

  • WordPress est un système de gestion de CONTENU programmé sur base de PHP. On était fans de PHP au début des années 2000, c’était la folie. 
  • WP embarque plein de fonctions facilitant le développement pour les petits codeurs, et pas seulement du code de templating. Ça donne envie de coder des plugins tout ça… 🙂
  • Il intègre nativement un système de gestion d’utilisateurs multiples auxquels on peut assigner différents rôles (super-admin, auteur, simple membre…). Des informations peuvent être enregistrées au sujet de chaque utilisateur (nom, prénom, adresse, couleur de slip…).
  • WordPress intègre (forcément) un très bon système de blogging avec commentaires sous les articles et plein d’autres trucs. C’est la base qui l’a propulsé là où il est aujourd’hui, quand même !
  • Il dispose d’un système de paramètres/settings présent dans son cœur qui permet d’enregistrer les préférences de l’administrateur du site Web : nom du site, langue du site…
  • On peut créer de nouveaux types de contenus (articles, pages, produits, portfolio, évènements, fiches de présentation de biens immobiliers, n’importe quoi…).
  • Les posts (pages, articles, ou autre…) peuvent être étendus grâce à des champs supplémentaires (prix, taille, poids, couleur de slip…). Et tout cela peut-être classé via des tags, des catégories ou des n’importe quoi (on peut créer ses propres taxonomies, et si tu fais partie des 80% de lecteurs qui ne connaissent pas le mot taxonomy, ne t’inquiète pas).

Bon, c’est juste une petite liste, vite fait. 😉 

Voilà, le cœur de WordPress c’est ça !

Ce qui a fait son succès, c’est sa structure permettant aux développeurs – sur cette base – de venir greffer leur propre popote faite en PHP, via les hooks et autres joyeusetés.

Si, tu veux, techniquement : 

avec WordPress on peut faire tout ce qu’on peut faire avec du PHP

Bah, ouais, c’est vrai… techniquement. Mais ce n’est pas toujours une bonne idée de partir sur du WordPress, par exemple, pour les projets trop SPÉCIFIQUES.

Pour savoir si oui ou non, on choisit WordPress, il faut avant tout se demander : de quelle fonctionnalité de WordPress je veux pouvoir bénéficier pour mon projet, sur laquelle je vais me baser ? Et à partir de là, vous construisez votre développement là dessus. Mais si trop peu de fonctionnalités WP peuvent servir votre projet, alors dans ce cas, laissez tomber et choisissez un développement pur.

Quoi, c’est logique et facile à comprendre non ? 😀 Un exemple ? OK… 🙄

Si vous voulez vous baser sur le code de WordPress, par exemple, pour développer une copie de Facebook tiens, rien que ça… c’est possible ! Oui oui… Par contre, il y aurait tellement de choses à ajouter et à modifier dans le code source de WordPress que vous ne gagneriez pas de temps en vous basant sur ce CMS. Vous perdriez du temps même ! Pour coder un Facebook sur base de WP, le travail serait tel qu’il vaudrait mieux démarrer à partir de rien, de préférence, en choisissant une technologie de développement plus moderne que notre bon vieux PHP.

Comment s’y prendre ? Quelles solutions pour tout faire avec WordPress

Parlons des solutions et des bonnes pratiques. On ne fait pas que critiquer chez Mister WordPress, oh ! 😀

Le client : « oui mais ! J’ai vu sur Google un thème qui fait du Facebook, pourquoi ça ne fonctionnerait pas ? »

Yes ! Gardez aussi à l’esprit que ce n’est pas parce que vous voyez un thème sur ThemeForest qui vous promet une série de fonctionnalités (beurk) que c’est une bonne idée de partir sur du WordPress pour votre projet. Le but des développeurs inscrits sur cette market place, à la base, c’est de vous faire sortir 50$. Votre projet, ils s’en foutent.

D’ailleurs, petit rappel de base WordPress : lorsqu’on recherche des fonctionnalités à greffer à WordPress, on ne doit PAS chercher un « thème », on DOIT chercher un « plugin ». Les thèmes qui se vendent en vous promettant que vous allez pouvoir transformer votre WordPress en une grosse plateforme, ils abusent de votre manque de connaissance de l’outil. Donc, site de réservation d’hôtels : plugin. Site de biens immobiliers : plugin. Plateforme de mises en relation : plugin. Si un thème est présenté comme ceci : notre thème vous permet de créer une plateforme de mises en relation… barrez-vous, c’est de la merde ! 😉

Donc, a priori, allez au minimum voir le repository officiel des plugins gratuits ou sur CodeCanyon. Franchement, il y a quand même quelques bons trucs sur la market place d’Envato, faut pas déconner.

Est-ce que c’est clair pour vous, maintenant, la question des limites de WordPress ?
Tapez « oui » dans les commentaires, ça vaut un « sourire » de blogueur en échange #amour #gratitude

Au final, comment gérer proprement son projet WordPress ?

Tout d’abord, comme je viens de l’expliquer en partie, il va falloir choisir soi-même un bon starter theme / framework / thème premium (appelle ça comme tu veux). Ou plutôt, non, pas soi-même ! Il va falloir choisir un expert WordPress qui lui va vous proposer un bon stater theme / framework.

Demander à son développeur WordPress quelle solution il compte choisir pour le « thème », c’est déjà une bonne question à poser pour écarter les mauvais webdesigners qui n’ont pas assez bossé leur sujet avant de vendre leur salade.

En parlant de salade, si t’es vegan et que le mec te propose de partir sur un thème ThemeForest à 50$ spécialisé dans les recettes de cuisine, barre-toi !

Un thème comme Divi par exemple, c’est un couteau suisse. Tu vas pouvoir adapter le design à ta sauce avec un peu d’huile de coude. Le mot « thème » est bien choisi : c’est fait pour inclure tout le design. Pour choisir un thème, si tu te poses des questions du genre « est-ce qu’on va présenter des recettes de cuisine ou des appartements ? », les carottes sont cuites. Et pour changer les couleurs d’un web design, il y a le CSS ! On ne choisit pas une technologie parce qu’on aime bien la couleur, le logo ou les photos de la démo. On n’est pas chez Volkswagen ici.

Donc, déjà : bon thème ! Ensuite, essayez de savoir quels plugins vont être choisis et sur quels critères :

  • plugins gratuits grand public, installés des (dizaines de) milliers de fois et bien maintenus
  • des plugins CodeCanyon à 20$, pareil, bien notés, à jour et populaires
  • des plugins premiums plus coûteux, comme ceux de WooCommerce ou d’autres startups (cherchez des avis reviews sur Google)

Essayez ensuite de savoir si votre développeur WordPress en est vraiment un… autrement dit : est-ce qu’il sera en mesure de mettre ses propres bouts de PHP si nécessaire ?

Oui !

Ça servira à adapter l’outil à votre besoin, sans trop forcer. Eh oui, mon prochain conseil sera de rester conscient que vous êtes sur un CMS. WordPress est très flexible, du coup, 80% des clients se sentent pousser des ailes et ont les mêmes exigences avec WordPress qu’ils auraient avec un développement 100% pur qui coûterait  30.000€ à Calcutta.

Ce qui pose problème, c’est que le jeune développeur freelance peu sûr de lui ; il va tenter d’appliquer toutes les demandes du client au forcing et finalement, il va faire de la merde en détériorant l’intégrité de WordPress et des solutions qu’il a greffées dessus.

Less is more & Keep it simple stupid !

Vous voulez vendre sur Internet ? WooCommerce est une super solution pour ça, mais peut-être que la priorité pour votre business n’est pas de mettre ce fucking bouton au-dessus à gauche alors qu’il y a 1.000 actions plus impactantes à réaliser que de pousser votre prestataire Web au burn-out en lui demandant l’impossible.

Bon, moi, ton bouton, je te le bouge facile, hein ! C’était un exemple.

 

La réussite d’un projet ne repose pas à 100% sur le site Web

Je conclus en vous faisant part d’une anecdote perso ; ou plutôt, deux anecdotes puisque je sors justement de plusieurs prestations où j’ai eu des difficultés à me faire comprendre auprès de clients qui…

  • n’ont pas le bagage technique,
  • mais qui refusent quand même de t’écouter toi, alors que t’es une rockstar (objectivement) 😎

Pour les deux clients, le hasard fait qu’il s’agit d’un développement de plateformes de mises en relation pour lesquelles on s’est basé sur WordPress :

  • des utilisateurs : professionnels / particuliers
  • les gens qui s’inscrivent
  • les professionnels créent une fiche « pro »
  • les particuliers, une fois connectés à leur compte, peuvent contacter les pros trouvés sur la plateforme

Voilà ! Basique, simple comme projet à la base et parfaitement adapté à WordPress. On se base vraiment sur les fonctionnalités du cœur. Mais c’était sans compter sur l’Humain qui peut se montrer vachement borné (cela doit être l’égo – ou les perturbateurs endocriniens, j’hésite). 

Si tu penses que WordPress est un mauvais choix pour un site de mises en relation entre particuliers et professionnels (pour un budget modeste), troll-moi en commentaires 😉 

PREMIER CAS 

Le mec est gentil, GENTIL… (tu me suis 😉 )

Il a un projet qui lui tient à cœur. Un truc local. Il est expat dans une région d’Europe ensoleillée et où il y a de l’argent, et du tourisme… beaucoup de tourisme.

Il veut créer une plateforme pour mettre en relation les particuliers et les pros… mais aussi y mettre des petites annonces PAP, en supplément. Son positionnement n’est pas très clair avec cette histoire de petites annonces pour particuliers en plus de la plateforme, mais bon, c’est pas grave.

On se lance dans le projet. Il faut savoir que quand il vient nous voir, cela fait 2 ans qu’il paye des dévs (cher) pour faire réaliser son truc et il en est au stade du thème ThemeForest (développé en Inde) tout juste dézippé, pas compatible avec les child-themes, ni WPML (hu hu). Voilà. Des milliers d’euros pour ça.
La dark side de WordPress : les mecs qui facturent du vent sans scrupule. Bref.

On lui met en place un truc tout propre et ergonomique : inscription des utilisateurs et création des fiches pros en 5 minutes montre en main. J’y ai laissé des plumes tellement je me suis défoncé pour terminer la réalisation rapidement. On était très surchargés avant l’été et le client voulait absolument qu’on clôture avant de partir en vacances. Du coup, on l’a fait ! (mais j’en ai chié)

Finalement, on revient de vacances et le gars à fait tester le site à quelques personnes (des amis) : 4 fiches inscrites au total pendant notre mois d’absence. Et apparemment, je ne sais pas trop pourquoi, quelqu’un d’extérieur lui aurait dit qu’il trouvait l’inscription trop compliquée. Du coup, notre client était tellement « gentil » 😉 que pendant notre petit repos des congés, il a cherché UN AUTRE thème WordPress ; réservé un nouveau nom de domaine ; et l’a installé lui-même chez un hébergeur concurrent. Et à notre retour, il nous demande de repartir de zéro sur le truc (une horreur) qu’il a chié mis en place tout seul pendant mes vacances. Non, mais tu imagines mon niveau de pétage de câble !

Quand le client nous a envoyé un e-mail pour nous dire qu’il faisait marche arrière pour la nIÈME fois, j’ai su que son projet ne serait jamais lancé  😥

Des fois, le problème, ce n’est pas WordPress, c’est le client !

Petite parenthèse : j’ai horreur de bosser sur des projets qui ne voient jamais le jour ou qui ne reçoivent pas le soin qu’ils méritent pour obtenir du succès. Il y en a énormément. Ça représente peut-être presque la moitié de ce que tu produis quand t’es webdesigner.
Les gens te font bosser à fond sur un truc et finalement, ils n’en font rien parce qu’ils se rendent compte qu’un business en ligne, ça prend beaucoup de temps à gérer et ils ne sont pas prêts à sacrifier leurs soirées et weekends pour réussir. Mais quand tu veux outrepasser ton rôle d’esclave de développeur pour devenir « conseillé en stratégie Web » et les aider, certains ne veulent pas t’écouter… même quand les conseils sont gratos ! 😮
Voilà, moi j’en ai marre… C’est pour tout ça que je vais arrêter de prendre des clients, ou très peu, et vendre mes formations (donne ton e-mail ici pour être tenu informé ou ici, nouveau site en cours de création).
Trop de clients m’ont dégoûté de ce rêve de gosse que j’avais de créer des sites pour les gens. Je peux potentiellement gagner encore plus, à terme, en faisant profiter de mes compétences à mes propres projets, alors, pourquoi je continuerais à me faire chier.
Je fais ça depuis 8 ans+ quoi ! 😮 

C’est vraiment dommage pour ce client de se dynamiter comme ça après avoir investi de l’argent dans un professionnel ; sans compter qu’il a (finalement) eu la chance de tomber sur quelqu’un qui a terminé le job… la peur du succès sans doute ?

Son projet, c’était un super bon plan sur papier : potentiellement ultra-lucratif s’il se donnait la peine de se lancer en démarchant les professionnels (à l’ancienne) pour les inscrire manuellement au début, histoire de commencer par se rendre indispensable dans la région.
Bref, marketing de base : obtenir le monopole sur une niche.
Les vieux qui gèrent des business là-bas sont des nouilles en informatique, donc forcément, si tu leur présentes un site vide, sans trafic ni clients potentiels pour eux ; que tu leur demandes de renseigner leur adresse et de décrire leur activité en 5 lignes, ils trouvent ça compliqué à utiliser. Par contre, pour s’inscrire sur TripAdvisor, s’il faut cirer 40 paires de pompes et lécher 10Q, pas de souci !
Je l’ai dit à mon client : la complexité pour l’utilisateur est inversement proportionnelle à son envie d’apparaître sur ton site vide.

Lorsqu’un client vient vous voir pour profiter de votre expertise, mais qu’il ne veut pas écouter votre analyse pertinente, il est impossible de lui fournir une prestation qui lui donnera satisfaction.

Donne-moi ton avis sur ce premier cas en commentaires stp.

DEUXIÈME CAS

Ici on est sur de la sous-traitance : Kim Communication bosse pour une autre entreprise qui a su choper un client, mais qui ne sait pas développer la plateforme de mises en relation elle-même en interne. Donc, on s’en occupe !

On nous a contactés limite un peu désespéré : difficile de trouver quelqu’un de compétent et qui n’est pas débordé, pour des délais courts… 

Bon ! Nous on est débordés, mais on offre tout de même des délais assez courts faut croire.

On demande toujours le budget qui est disponible avant même de commencer à discuter devis ; trop d’heures passées au téléphone avec des petits indépendants qui voulaient un site et qui nous apprennent après 2 heures de conversation qu’ils sont prêts à investir 300€  🙄
Le budget nous a donc été spécifié immédiatement, nous avons donc pu tout de suite indiquer quelle technologie nous préconisions pour un tel budget : WordPress.

Un développement spécifique, comme souvent, coûterait 10 fois plus que le budget qui était dispo…

Mais attention :

Votre budget ne permettant pas de réaliser un développement spécifique, nous utiliserons le CMS WordPress. Il sera donc nécessaire, dans certains cas, de s’adapter aux contraintes du CMS et des plugins qui seront utilisés, même si bien sûr, en cas d’impossibilité technique, une solution alternative viable sera toujours proposée si disponible.

Tu te souviens, l’encadré rouge !? 😉

Ça ne veut pas dire qu’on ne fait pas un peu de code, mais faut faire preuve de bon sens et être raisonnable. Quand t’es sur un budget CMS, tu ne passes pas 3 semaines à coder une feature parce que, finalement, le plugin que t’avais trouvé ne remplit pas EXACTEMENT ce que qui avait été demandé dans le brief initial rédigé par un néophyte qui ne connaît pas le métier. Dans ce cas-là, c’est le devis qui prime. Mais, comme cela arrive souvent dans le métier, le ton a changé côté client entre le moment de la demande de devis (où on fait généralement bien le faux-cul pour obtenir les meilleures conditions) et le moment qui suit juste après, où l’on commence les travaux, après le paiement de l’acompte.

À peine après avoir payé : il faut que cela soit EXACTEMENT comme le client a demandé ! 

Hum ! Mais, vous vous souvenez de l’encadré rouge ? 

Oui mais le client est très exigeant, il ne sera pas content et je crains qu’il ne paye pas le dernier montant si ce n’est pas EXACTEMENT comme il a demandé !

Vous voyez un peu pourquoi je compte prendre ma retraite à 31 ans ? 😀 Chui’ trop sensible moi, un truc pareil ça me bouffe le cerveau pendant 2 mois.

Ici typiquement, dans sa plateforme de mise en relation, le client voulait un système d’affiliation. Il veut que les professionnels puissent gagner des ronds en parrainant d’autres professionnels.

Pourquoi pas ? À terme, ce genre de feature peut ramener deux/trois personnes sur la plateforme s’ils tombent sur un geek qui va jouer le jeu et utiliser son lien d’affiliation pour faire s’inscrire le business du voisin. Mais fondamentalement, sur 1.000 inscriptions de professionnels, je serais très étonné qu’il y ait plus de 50 parrainés pour ce type de service. D’autant que le monsieur qui veut lancer ce site, ça va lui compliquer pas mal sa comptabilité et alourdir la gestion hebdomadaire du site, ainsi que la maintenance technique de WP.

Est-ce vraiment ESSENTIEL comme feature ? Surtout au lancement de la plateforme ? Pour la première version ? Je ne suis pas vraiment convaincu.

En plus, cette feature est dans la ToDo list de la startup qui développe notre plugin principal, celui qui sert pour la mise en relation des pros/particuliers. Il suffirait d’attendre un peu pour une compatibilité parfaite avec une simple update du plugin déjà en place.

Du coup, on a proposé à notre client, l’agence qui sait pas faire, d’attendre que la startup sorte la feature, même s’il n’y a pas d’ETA, ce n’est pas une fonctionnalité vitale pour le lancement : donc je ne te facture pas cet item présent dans le devis et on verra après ?

Réponse : NON ! Impossible ! Le client tient à son système de parrainage, ça doit être implémenté la semaine prochaine obligatoirement ! 

Bon, on pourrait aussi bien leur répondre que s’ils sont si pressés, ils peuvent aussi bien le faire eux-mêmes… 😉 mais je vis assez mal les litiges même si ça n’a pas l’air (rêve de gosse, tout ça) donc là, ça fait deux jours qu’on se casse les dents pour leur implémenter un plugin CodeCanyon qui fait à moitié le job et qui fout bien le bordel dans tout le cœur du système de mise en relation.

Moralité : avec WordPress, keep it simple stupid, less is more. Utilisez l’outil pour ce qu’il est. Il va vous faire gagner du temps et de l’argent. Par contre, si vos désirs sont spécifiques et que vous n’êtes pas prêt à adapter un peu vos exigences à l’outil, pour conserver quelque chose de propre et fonctionnel, orientez-vous vers du développement spécifique. SPÉCIFIQUE : pour des besoins spécifiques, ça porte bien son nom bon sang ! 😀

S’il vous plaît, si vous êtes arrivé jusqu’au bout de ce pavé, laissez-moi un bon gros commentaire pour me faire part de votre feeling. Je réponds à tout le monde. J’ai besoin de me sentir compris, LOL 😀 Mais ça fonctionne aussi si vous n’êtes pas d’accord avec moi, on débat, ça sera sympa 😉

En début d’article, je vous avais promis des publications contradictoires à celui-ci que j’avais écrits sur le contre-sujet : 

Vous voyez, je sais aussi me montrer critique envers WordPress. C’est maintenant chose faite, sur mon blog en plus ! 😎

Lâche un commentaire ! Et surtout très important : les partages sur les réseaux sociaux si tu penses que mon article devrait être lu et si tu adhères au message.

Thanks !

Vos commentaires sont très appréciés ci-dessous !

Veuillez cependant respecter les bonnes pratiques de commentaires sur les blogs, sinon votre message s'autodétruira après 10 secondes entre mes mains.

  • Vous devez avoir lu l'article, sinon je m'en rendrais compte, et boom !
  • Vous ne pouvez renseigner aucun mot clé SEO dans le champ "nom" (pseudo, nom de société, pas de souci).
  • Vous pouvez renseigner votre "Site Web", vous aurez un lien dofollow, je suis gentil. Par contre, gardez à l'esprit qu'il s'agit d'un lien qui sert à vous identifier en tant qu'individu (site de votre société, votre blog perso, votre chef d'œuvre WordPress...). Je refuse donc : les sites de vos clients, les pages internes que vous peinez à booster, les MFAs sans intérêt, les serruriers, rachats de crédits et autres saloperies.
  • Vous devez avoir un avis sur le sujet abordé (même contradictoire) ou au moins poser une question pertinente. Si vous souhaitez juste me montrer votre gratitude éternelle, faites-le avec un retweet ou un partage Facebook. Donc pas de "merci très bel article" qui n'apporte rien.

À vos plumes !