La lenteur de votre tableau de bord WordPress vous donne des cauchemars ? Vous vous sentez comme un escargot à chaque fois que vous voulez faire quelque chose sur votre site WordPess ?

En effet, une interface d’administration WordPress lente est ce qu’il y a de mieux pour flinguer votre productivité. Vous êtes en train d’essayer de terminer un travail important, mais à chaque fois que vous cliquez quelque part, vous avez l’impression de progresser dans du sable mouvant.

Périodiquement, cela peut même empêcher complètement votre tableau de bord de se charger (trop c’est trop).

Récemment, pour un site WooCommerce utilisant également WPML, j’ai expérimenté ce problème de lenteur. En effectuant quelques recherches, je suis tombé sur cet article de WP Buffs (en anglais) : 9 slow WordPress dashboard remedies for a faster admin panel. J’ai tellement apprécié celui-ci que je leur ai demandé l’autorisation de le traduire pour la communauté francophone.

Voici donc comment solutionner ces problèmes de lenteurs du backend WP. 😉

Comment accélérer la vitesse du back office WordPress ?

Votre admin WordPress se charge très lentement et il est grand temps de rétablir une vitesse de chargement décente.

Voici donc les 10 remèdes pour résoudre les problèmes de vitesse de chargement du tableau de bord WordPress une fois pour toutes.

  1. Choisir un meilleur hébergeur ou changer de plan d’hébergement
  2. Désactiver le cache « database » et « l’object cache » de W3 Total Cache
  3. Supprimer les plugins consommateurs de ressources
  4. Augmenter la mémoire allouée à WordPress
  5. Utiliser des « page rules » judicieuses dans CloudFlare
  6. Utiliser le plugin Heartbeat Control
  7. Supprimer les Transients WooCommerce
  8. Optimiser la base de données de votre WordPress
  9. Tenter de repasser sur le thème par défaut Twenty Seventeen
  10. Renvoyer une version propre de wp-admin et wp-includes

Comment résoudre les lenteurs de WP Admin ?

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je voudrais vous donner quelques suggestions sur la manière d’utiliser ces astuces.

L’ordre dans lequel vous appliquez ces optimisations est important. Je vous les présente dans l’ordre dans lequel elles sont susceptibles d’affecter votre back-end WordPress.

Par exemple, vous constaterez que je vous propose de désactiver « l’object cache » et de basculer d’un thème à l’autre. Cependant, « l’object cache » est beaucoup plus susceptible de ralentir votre admin WordPress que le sera votre thème. Donc, n’essayez de changer de thème (conseil cité en dernier dans cette liste) que si toutes les autres options ne vous ont pas donné satisfaction.

C’est bon ? Ok, creusons le problème de l’admin WordPress lente.

1. Choisir un meilleur hébergeur ou changer de plan d’hébergement

Vous voudrez sans doute attendre d’avoir épuisé toutes les autres options avant de passer à l’optimisation nucléaire. Cependant, le fait est que : les lenteurs de votre interface d’administration proviennent probablement d’un serveur dont les ressources sont saturées. Les conseils qui suivent vont vous aider à réduire la pression que vous mettez à votre serveur. Par contre, il est vraisemblable que vos optimisations peuvent ne pas suffire.

Si votre site commence à devenir trop lourd, vous devriez soit :

  • choisir un hébergeur offrant de meilleures performances,
  • ou mettre à niveau votre plan d’hébergement (par exemple, la RAM) en restant chez votre hébergeur actuel.

Si vous êtes content de votre hébergeur actuel, vous devriez discuter avec lui sur la manière, pour votre serveur, d’avoir plus de mémoire RAM.

Par contre, si vous êtes déçu par certains aspects liés à votre hébergement, c’est le bon moment pour faire le grand saut. La plupart des hébergeurs pourront migrer votre site WordPress gratuitement, vous ne devriez même pas investir votre propre temps à faire ce changement.

L’hébergeur le plus largement recommandé dans le marché anglo-saxon est incontestablement SiteGround. Ils ont un excellent service client et offrent tout ce dont vous avez besoin pour rendre votre site rapide et sécurisé.

 

En revanche, si vous avez besoin d’un serveur localisé en France pour la rapidité d’accès ; avec une adresse IP française pour faire plaisir à Google au niveau du référencement ; et un bon support technique dans votre langue ; je vous conseille mon hébergeur : PlanetHoster.

 

Par exemple, si vous utilisez conjointement WooCommerce et WPML, à moins d’être déjà hébergé sur un très bon serveur, il vous sera nécessaire de choisir une formule à la hauteur de votre site. Vérifiez également qu’ils utilisent la dernière version d’Apache (EasyApache 4 pour cPanel) ainsi que des technologies à jour telles qu’OPcache, PHP-FPM et MariaDB.

Passer de PHP 5.6 à PHP 7 serait la cerise sur la gâteau. 😉

2. Désactiver le cache « database » et « l’object cache » de W3 Total Cache

Bien que W3 Total Cache peut être un plugin efficace, c’est aussi un plugin assez massif. Il inclut un nombre de paramètres stupéfiant avec lesquels vous pourrez vous amuser. C’est bien pour les experts en la matière. Mais, pour les débutants, cela peut être source de beaucoup de confusion.

Cache de pages, cache de navigateur, cache de database, object cache, opcode cache… vous voyez l’idée. Je me considère comme un utilisateur averti en ce qui concerne WordPress, mais toutes ces options me donnent toujours la tête qui tourne ! Je n’ose pas imaginer comment les débutants doivent se sentir.

Vous voulez savoir comment les débutants réagissent ? Ils voient ceci…

wordpress admin lente 1

Et ils supposent que « plus il y a de cache, mieux c’est ». Donc, ils cliquent cette case et vaquent à leurs occupations. C’est aussi simple que ça, non ?

Eh ben oui… en tout cas jusqu’au moment où leur interface d’administration commence à être aussi lente qu’une tortue qui a de l’arthrite. Cela ressemble à votre situation ?

Le problème en activant toutes les options de cache de W3 Total Cache est que deux d’entre elles sont le « database caching » et « l’object cache ».

Bien que ces méthodes puissent améliorer vos performances dans certaines situations, elles sont tout aussi susceptibles de ralentir votre site. La raison est que le « database caching » et « l’object cache » vont remplir la mémoire de votre serveur afin d’enlever la pression mise sur votre base de données.

Si vous avez un serveur dédié, cela peut accélérer votre site. Mais si vous êtes sur un hébergement partagé bon marché comme la plupart des gens, cela va ralentir votre site parce que vous êtes plus susceptible d’atteindre les limites de la mémoire RAM, plutôt que celles de la base de données MySQL.

Donc ! Première étape : si vous utilisez un plugin de cache (en particulier W3 Total Cache), assurez-vous de désactiver le « database caching » et « l’object cache » pour voir si cela règle votre problème :

dashboard lent wp

3. Supprimer les plugins consommateurs de ressources

Certains plugins WordPress jouent beaucoup sur les performances du tableau de bord. Les coupables habituels sont :

  • WPML
  • Quelques plugins SEO/Analytics
  • Broken Link Checker

Mais, ce ne sont pas les seuls. Utiliser P3 (Plugin Performance Profiler) peut aussi vous aider à trouver d’autres mangeurs de ressources. Après avoir installé ce plugin, rendez-vous dans Outils → P3 Plugin Profiler :

accélérer wp-admin

 

Query Monitor est un autre plugin de qualité qui peut vous aider à trouver les poids morts de vos extensions (aussi bien que d’autres zones problématiques dans votre site).

Bien sûr, veillez toujours à utiliser les dernières versions de vos plugins en effectuant toutes les mises à jour comme vous le faites pour WordPress.

Et pour finir, effectuez un test manuel en désactivant tous les plugins et en les réactivant un par un. De cette manière, si un plugin particulier cause problème, vous devriez être en mesure de le trouver.

Au final, si un plugin n’est pas essentiel au fonctionnement de votre site, vous devriez penser à l’abandonner. En particulier s’il fonctionne en permanence. 

Si vous ne pouvez pas abandonner le plugin responsable du ralentissement de votre wp-admin, après l’avoir identifié, vous trouverez peut-être des informations utiles sur le forum de wordpress.org ou via le support officiel de l’extension. Cela vous permettra peut-être de solutionner le problème de lenteur, tout en conservant le plugin.

Mon cas concret avec WPML

Par exemple, en expérimentant une lenteur à cause de WPML, j’ai cherché « wp-admin slow wpml » dans Google. J’ai pu lire sur leur forum de support qu’il existe 3 options en particulier qui sont sources de ralentissement…

  • WPML > Languages : désactiver « auto ID adjust state »
  • WPML > String translation : désactiver « track where strings appear »
  • WPML > String translation : désactiver « auto register strings »

En 2 mots, désactivez tout ça :

Google est votre ami alors, Googlez vos plugins !

4. Augmenter la mémoire allouée à WordPress

Voici un conseil personnel qui n’avait pas été évoqué dans l’article de WP Buffs.

Pensez à allouer plus de mémoire RAM à vos sessions WordPress !

La valeur par défaut pour un site WordPress classique est de 40M, ce qui est beaucoup trop peu à mon avis.

Pour augmenter cette limite de mémoire, ajoutez ces lignes de code dans votre fichier wp-config.php.

define( 'WP_MEMORY_LIMIT', '128M' );
define( 'WP_MAX_MEMORY_LIMIT', '128M' );

Pour une installation classique, n’hésitez pas à monter gentiment jusqu’à 128M. WPML, de son côté, préconise idéalement d’aller jusqu’à 256M. Cela démontre bien à quel point ce plugin est consommateur de ressources et nécessite un bon hébergement.

5. Utiliser des « page rules » judicieuses dans CloudFlare

Si vous n’utilisez pas CloudFlare, vous pouvez passer au conseil suivant. Sinon, vous devez absolument tester ceci.

La plupart des gens suivent le processus de paramètrage de CloudFlare, vérifient que ça fonctionne, et on s’arrête là pour aujourd’hui.

Mais pour maximiser la performance de votre site, vous devriez réellement prendre un peu plus de temps pour modifier ces réglages. Un levier à actionner est d’exclure votre « wp-admin » de CloudFlare. Le célèbre CDN lui-même recommande de faire ce réglage pour éviter de casser votre tableau de bord WordPress.

Pour ce faire, rendez-vous dans Page Rules dans votre compte CloudFlare :

Ensuite, créez une nouvelle règle pour « example.com/wp-admin* ». Désactivez Performance et Apps.

Rappel : ces changements n’affecteront que votre admin WordPress – vous continuerez à bénéficier des avantages de CloudFlare sur la partie publique de votre site.

C’est tout ! CloudFlare va maintenant ignorer votre dashboard WordPress.

6. Utiliser le plugin Heartbeat Control

L’API « heartbeat » (admin-ajax.php) est génial pour ce qui est des sauvegardes automatiques, du fonctionnement des révisions et la gestion des sessions multiples entre plusieurs comptes WordPress. Mais, cela n’est pas toujours génial pour les performances.

Il va ajouter un certains nombre d’appels PHP et cela peut causer un haut niveau d’utilisation du CPU. Cela peut donc ralentir votre admin WordPress.

Pour réduire la charge causée par l’API « heartbeat », vous pouvez utiliser le plugin gratuit Heartbeat Control.

Installez et activez le plugin. Ensuite, rendez-vous dans Réglages→ Heartbeat Control.

Je vous recommande de sélectionner « Allow only on post edit pages » et de définir la fréquence de beat à 60 secondes. De cette manière, vous bénéficierez toujours des sauvegardes automatiques de vos articles (très utile pour éviter de perdre votre travail), mais éviterez beaucoup de coups de bambou donnés sur la tête de votre CPU, en allongeant le délai entre les beats, et en désactivant l’API sur les autres pages de votre back office.

7. Supprimer les Transients WooCommerce

Si vous utilisez WooCommerce, parfois, les « transients » créés peuvent ralentir votre tableau de bord. Pour faire court, les transients servent à stocker en base de données le résultat de certains appels de fonctions. Ils ont une raison d’être, mais ils peuvent aussi encombrer votre base de données si vous n’y prêtez pas attention.

Le plugin gratuit Transients Manager de Pippin Williamson vous permet de gérer vos transients et supprimer ceux qui ont expiré. Si vous avez un gros site WooCommerce, exécutez-le une fois pour voir.

8. Optimiser la base de données de votre WordPress

Ok, je doute que cela puisse complètement réparer un tableau de bord WordPress lent à lui tout seul. Mais optimiser votre base de données WordPress vous donnera un petit gain de performance.

Par défaut, WordPress enregistre des données peu utiles comme les révisions et les commentaires mis en corbeille, le tout stocké dans votre base de données. Utiliser un plugin comme WP-Optimize vous permettra de nettoyer toutes ces crasses et rationalisera votre base de données.

WP-Optimize vous permet aussi de supprimer des transients – mais je préfère le plugin de Pippin pour ça, car il vous donne plus de contrôles (c’est celui que j’ai mentionné dans le point précédent !).

9. Tenter de repasser sur le thème par défaut Twenty Seventeen

Ceci est un peu la tentative de la dernière chance, mais si rien d’autre n’a fonctionné, essayez de revenir sur le thème par défaut Twenty Seventeen. Parfois les thèmes, en particulier ceux mal codés, peuvent engendrer des erreurs et par conséquent ralentir votre site. Si votre thème est buggé, il peut aussi bien affecter les performances du côté visiteur (front-end) que la vitesse côté admin (back-end).

Si basculer sur Twenty Seventeen coïncide avec un notable regain de vitesse dans votre dashboard, alors, vous avez probablement choisi de faire tourner votre site avec un thème tout moisi.

10. Renvoyer une version propre de wp-admin et wp-includes

Voici un tout dernier recours. Si vous êtes toujours en difficulté à cause d’un dashboard lent, vous pouvez tenter d’uploader une version propre de wp-admin et wp-includes sur votre serveur. Téléchargez simplement la dernière version de WordPress et renvoyez uniquement ces deux dossiers.

Bien que vous ne devriez rien casser en renvoyant ces deux répertoires, c’est toujours une bonne idée de faire une sauvegarde de votre site avant d’écraser quoi que ce soit.

Devenir un Prestataire Web respecté et rentable

Résumons un peu tout ça

Une interface d’administration WordPress lente est un vrai problème pour votre qualité de vie. Ça fonctionne toujours, mais cela rend votre travail dans WordPress vraiment pénible.

Les deux causes principales sont :

  • Un hébergement de faible qualité
  • « L’object cache » et le « database cache »

Pour accélérer votre panneau d’admin WorPress, vous pouvez tenter d’économiser de l’argent sur votre hébergement web en optimisant la performance de votre site avec les autres astuces que je vous ai données, mais… même avec une grosse couche de rouge à lèvre et une perruque blonde, un cochon reste un cochon. Si rien dans cette liste n’a solutionné votre problème, vous avez peut-être juste besoin de mettre quelques billes de plus dans un hébergement plus rapide. Jetez un oeil aux offres de SiteGround (pour l’international) et PlanetHoster si vous préférez une adresse IP et un support technique en français.

Many thanks à Colin Newcomer (rédacteur freelance anglophone) pour son article original « 9 slow WordPress dashboard remedies for a faster admin panel » et merci au blog WP Buffs d’avoir accepté que je publie cette traduction légèrement adaptée à la sauce Mr WP. Cheers 😉 

Vos commentaires sont très appréciés ci-dessous !

Veuillez cependant respecter les bonnes pratiques de commentaires sur les blogs, sinon votre message s'autodétruira après 10 secondes entre mes mains.

  • Vous devez avoir lu l'article, sinon je m'en rendrais compte, et boom !
  • Vous ne pouvez renseigner aucun mot clé SEO dans le champ "nom" (pseudo, nom de société, pas de souci).
  • Vous pouvez renseigner votre "Site Web", vous aurez un lien dofollow, je suis gentil. Par contre, gardez à l'esprit qu'il s'agit d'un lien qui sert à vous identifier en tant qu'individu (site de votre société, votre blog perso, votre chef d'œuvre WordPress...). Je refuse donc : les sites de vos clients, les pages internes que vous peinez à booster, les MFAs sans intérêt, les serruriers, rachats de crédits et autres saloperies.
  • Vous devez avoir un avis sur le sujet abordé (même contradictoire) ou au moins poser une question pertinente. Si vous souhaitez juste me montrer votre gratitude éternelle, faites-le avec un retweet ou un partage Facebook. Donc pas de "merci très bel article" qui n'apporte rien.

À vos plumes !