Il m’arrive régulièrement d’avoir de la peine en voyant de futurs e-commerçants pleins de bonne volonté foncer droit dans le mur à cause de bêtes erreurs, mais compréhensibles à leur niveau.

On a beau avoir l’esprit d’entrepreneur, connaitre les ficèles du métier, savoir s’entourer de bons fournisseurs, être capable de mettre en place une bonne logistique etc. Sur Internet, il faut également savoir s’entourer d’un technicien issu du Web.

Je vous donne ici 3 aspects à ne pas négliger si vous souhaitez démarrer une boutique en ligne. Bien sûr, il y a des dizaines de bonnes pratiques à mettre en place pour augmenter ses ventes, mais sans cette base et même si vous investissez beaucoup en publicité, au mieux, tous vos efforts ne servirons à rien, au pire, vous risquez la faillite en plein essor.

1) Le choix d’un bon hébergement Web

Voici une négligence qui me rend fou à chaque fois.

Certaines personnes embauchent un Webdesigner ou un infographiste pour leur boutique.  Ils dépensent des milliers d’euros pour monter un stock de produits. Parfois, ils donnent leur démission à leur employeur. Ils claquent tout pour se lancer en e-commerce en ayant calculé tous les risques !

Mais derrière cela, pour choisir le service qui va héberger leur site Web, c’est-à-dire qui va le maintenir en ligne, en vie : ils entrent simplement « hébergement Web » dans Google, ils cliquent sur la première publicité qui leur est présentée. C’est pas cher. On nous promet un hébergement performant. Allez hop, 35€ par an, j’ai mon hébergement !

Un serveur Web n’est rien d’autre qu’un ordinateur physiquement connecté 24 heures sur 24 à Internet. Votre site Web est présent sur son disque dur et tout le monde peut y accéder depuis le Web.

Forcément, pour 35€ par an, on a ce qu’on paye. C’est-à-dire un hébergement partagé (mutualisé) avec son lot d’inconvénients.

Les performances

Vous partagez cet espace avec tellement de monde qu’il suffit qu’un seul des sites subisse une hausse de trafic pour que le votre essuie des ralentissements. Même avec un bon serveur, bénéficier d’un hébergement rapide demande certaines optimisations.

N’oubliez pas que les internautes détestent attendre.

Les produits que vous vendez sont certainement aussi disponibles sur une autre boutique. Changer de site est trop facile pour que vous puissiez vous permettre de demander de patienter à vos visiteurs. Pour quelques euros d’économie chaque année en hébergement, combien de ventes risquez-vous de perdre ? Quel budget publicitaire (AdWords…) risquez-vous de gaspiller avec des gens qui n’attendent pas la fin du chargement de votre site ?

Les limites

Pour pouvoir offrir un service aussi bon marché, votre hébergeur à 35€ doit imposer certaines restrictions. Même si toutes les offres d’hébergement low cost sont estampillées « trafic unlimited », soyez sûr qu’il y a d’autres limites telles que la mémoire vive accordée à votre espace d’hébergement, ou la taille de votre base de données, ce genre de choses. Ces offres peuvent convenir à de petits sites d’entreprises, mais sûrement pas à une boutique en ligne (même si votre hébergeur vous propose l’installation de Prestashop ou WordPress + WooCommerce). Si votre hébergeur pense que vous consommez trop de ressources à son goût, il peut tout simplement couper votre site, sans préavis.

Les sauvegardes (très régulières)

Votre boutique se porte bien et vous générez plusieurs ventes chaque jour. C’est merveilleux. Votre hébergement Web vous satisfait amplement. Et puis un jour, un incident technique survient. La faute à pas de chance, votre base de données se retrouve crashée et la procédure de restauration classique ne fonctionne pas. Moralité, au meilleur des cas, vous disposez d’un backup plus ou moins récent, vous contactez votre hébergeur et sous 24 heures, vous récupérez une version pas trop ancienne de votre site. Vous perdez vos factures et vos bons de commande récents, mais à coup d’e-mails, vous parvenez plus ou moins à rattraper le coup en recréant à la main toutes les factures et en recontactant les clients dont vous vous souvenez.

Au pire des cas, vous êtes partis pour un week-end de 3 jours, ou vous veniez d’enregistrer plusieurs ventes juteuses. Ou même (et j’ai déjà eu l’occasion de travailler sur ce type de boutique), vous enregistrez plusieurs ventes importantes chaque heures ! Grosse galère en perspective. Faute technique irréversible ! Vous êtes dans la merde.

Et si je vous disais que pour quelques piécettes par mois, le prix de deux ou trois canettes de soda, vous pourriez mettre en place des sauvegardes complètes de votre site plusieurs fois par heure ? Deuxième bonne nouvelle, ces sauvegardes peuvent être rapatriées d’un simple clic. Faut-il encore vouloir investir dans tout ça pour prévenir l’hypothétique jour où un drame surviendrait.

Personnellement, après quelques années de carrières et avoir vécu quelques frayeurs, mon choix est fait ! J’ai pour tous mes sites en permanence deux sociétés qui sauvegardent régulièrement les bases de données et les fichiers. Je vous assure que ces sauvegardes me sont utiles. En plus, je dors mieux.

Je fut très fier, un beau jour (un samedi soir en fait), une de mes clientes e-commerce m’a contacté médusée :

Au secours Nicolas ! J’ai fais une fausse manipulation en voulant tester un module Prestashop de gestion catalogue rapide. J’ai supprimé sans le vouloir près de 2.000 produits que j’avais encodé à la main (descriptifs, caractéristiques, photos…). Si tu ne peux rien faire pour moi, je pense abandonner ma boutique. Je n’ai pas le courage de tout refaire.

Moins de 60 minutes plus tard, ma cliente retrouvait les produits de son catalogue, comme si de rien n’était.

Bon, finalement, cette cliente a fini par me quitter car elle a trouvé quelqu’un de moins cher que moi, mais ça, c’est une autre histoire… 😉

Tout ça pour dire qu’à mes yeux, le choix de l’hébergement est primordial pour votre réussite en e-commerce. Un site lent, un malentendu avec les limites de votre contrat d’hébergement ou une perte de données pourraient avoir un effet aussi catastrophique pour votre affaire que si une météorite s’écrasait sur votre magasin.

Je préconise pour un e-commerce d’investir dans un serveur privé. Un tarif de 50€/mois chez un très bon hébergeur n’est pas si exagéré que ça pour de la top qualité.

Concrètement, je vous recommanderais de vous intéresser aux offres HybridCloud de PlanetHoster. Pour constater de leurs performances en matière d’e-commerce, n’hésitez pas à visiter le site de l’un de mes clients, une boutique en ligne de bodies personnalisés, de bonnets de naissance, stickers pour voiture… : « Bébé à bord ».

2) La prise en compte de la « maintenance » de votre site e-commerce dans votre budget

Je suis navré de vous le dire de façon aussi directe mais, vous ne pouvez pas réussir en e-commerce en commandant simplement une boutique en ligne à un webdesigner, et ensuite vous débrouiller seul.

Vous aurez toujours besoin, à un moment donné, plusieurs fois par an, de l’intervention de votre Webmaster.

Pensez simplement aux mises à jour de sécurité de votre CMS, de vos modules d’extension et de votre thème graphique. Pensez aussi au moment où vous désirerez vous lancer dans des campagnes de promotion publicitaires ou e-mailing, ou lorsque vous désirerez ajouter des fonctionnalités à votre boutique. Un beau jour, vous voudrez remanier vos menus, vous n’arriverez pas à configurer un code promotionnel spécifique, vous aurez besoin d’intégrer une bannière saisonnière sur votre page d’accueil…

Pour tout ça, vous aurez besoin d’assistance et c’est votre Webmaster qui vous aidera.

Discutez avec lui de ses conditions pour la maintenance annuelle de votre boutique. Demandez-lui s’il peut vous proposer un tarif et des conditions préférentielles pour son assistance technique permanente.

Peu importe les solutions techniques que vous choisirez, l’important est d’aussi vous entourer d’un spécialiste qui veut vous voir réussir, qui saura vous conseiller et qui vous apportera des solutions face aux problèmes courants auxquels vous risquez d’être confronté au cours de l’ascension de votre boutique.

3) Le choix du CMS

Il existe plusieurs systèmes de gestion de contenu concurrents pour la création de magasins en ligne. Tous les techniciens ont leur petit préféré, celui qu’ils maîtrisent le mieux. Il vaudrait mieux être d’accords entre vous car, un prestataire Web sera plus motivé à travailler sur un projet propulsé grâce à son outil de prédilection.

Le CMS est un choix important.

Même s’il existe les stats des CMS le plus utilisés en France ou dans le monde, en réalité, pour l’e-commerce, il n’y a pas actuellement de meilleur CMS (ou de CMS n° 1) comme c’est le cas pour un blog, ou un site vitrine où WordPress est l’incontestable star du moment.

Votre choix de CMS e-commerce dépendra de votre projet et de différents critères tels que votre budget, l’envergure de votre future boutique, vos compétences en Web et votre futur niveau d’implication. Et je vous conseille de ne pas vous tromper car il sera compliqué et coûteux de faire machine arrière !

Pour cela j’ai rédigé pour vous un comparatif très personnel et subjectif sur mes deux CMS de prédilection pour l’e-commerce, j’ai nommé Prestashop & WooCommerce (WordPress) : Comparatif entre WooCommerce et Prestashop.

prestashop-ou-woocommerce

Je vous laisse vous faire une idée, mais ne lisez pas seulement mon point de vue. Rendez-vous sur d’autres blogs spécialisés en e-commerce afin de recouper plusieurs sources d’information et faites vous votre propre avis !

Participation au carnaval d’articles de
« Réussir mon e-commerce »

Cet article fait partie d’un évènement interblogs pour lequel j’ai eu l’honneur d’être invité.

Je remercie mon confrère Olivier Clémence (@manit4c) d’avoir pensé à me convier à son carnaval d’articles, concept que je ne connaissais pas.

Olivier m’a demandé 1 mois à l’avance de réfléchir à 3 conseils que je pourrais donner pour réussir son e-commerce. Il a posé la même question à plusieurs autres blogueurs de notre secteur qui ont tous répondu à l’appel. J’ai décidé d’aborder des concepts techniques, mais d’autres blogueurs vous donnerons sans doute d’autres conseils plutôt axés « marketing ».

Vous pouvez retrouver les autres articles participants via ce lien : Carnaval d’articles : 3 erreurs à ne pas commettre au lancement de sa boutique en ligne.

Bonne lecture et n’oubliez pas de laisser un petit commentaire ci-dessous si vous avez des remarques ou des questions.

Vos commentaires sont très appréciés ci-dessous !

Veuillez cependant respecter les bonnes pratiques de commentaires sur les blogs, sinon votre message s'autodétruira après 10 secondes entre mes mains.

  • Vous devez avoir lu l'article, sinon je m'en rendrais compte, et boom !
  • Vous ne pouvez renseigner aucun mot clé SEO dans le champ "nom" (pseudo, nom de société, pas de souci).
  • Vous pouvez renseigner votre "Site Web", vous aurez un lien dofollow, je suis gentil. Par contre, gardez à l'esprit qu'il s'agit d'un lien qui sert à vous identifier en tant qu'individu (site de votre société, votre blog perso, votre chef d'œuvre WordPress...). Je refuse donc : les sites de vos clients, les pages internes que vous peinez à booster, les MFAs sans intérêt, les serruriers, rachats de crédits et autres saloperies.
  • Vous devez avoir un avis sur le sujet abordé (même contradictoire) ou au moins poser une question pertinente. Si vous souhaitez juste me montrer votre gratitude éternelle, faites-le avec un retweet ou un partage Facebook. Donc pas de "merci très bel article" qui n'apporte rien.

À vos plumes !