Cet article a déjà 11 mois. Les informations que vous y trouverez seront probablement d'une grande aide, cependant, on n'est jamais à l'abri de certains passages obsolètes. Vous êtes prévenu, bises.

Vous le savez, à côté de mon activité de blogueur et de mangeur de piments, je suis également une rockstar du développement Web, sollicité par les grands de ce monde : blog de l’Élysée, appli mobile qui donnent les numéros gagnants du loto et boutique de vente de slips personnalisés.

Bah oui, dans la vie, il n’y a pas que l’éventail de sites qu’on peut réaliser avec un WordPress un peu tuné. Il y a aussi les sites e-commerces.

Pour créer mes boutiques…
Enfin, celles de mes clients. Je suis bien trop fainéant pour me pointer à la poste chaque matin envoyer des colis. 🙂
Je choisis entre 2 CMS : WooCommerce (WordPress) ou Prestashop.

Oui, souvent, je suis infidèle à WordPress. Mais c’est vraiment parce qu’il faut bien.

Bref, on va clôturer doucement cette intro dégueulasse et laisser place au comparatif.

Désolé, je ne sais pas ce qui m’a pris.

Un peu de sérieux…

Comparatif : WooCommerce vs Prestashop

Je vous mets de gros pâtés avec, selon moi, les avantages de Prestashop et ensuite, les avantages de WooCommerce.

Pour rigoler, en fin d’article on attribuera des points et on établira un score.

Surprise. 😉

Les avantages du CMS Prestashop pour votre site e-commerce

logo-prestashop

 

Prestashop est un CMS e-commerce

Prestashop, dès l’installation, est e-commerce ready alors qu’à l’inverse, WordPress ne l’est pas du tout. Avec ce dernier CMS, vous allez devoir à la fois vous familiariser aux concepts de base de WordPress pour ensuite apprendre à utiliser WooCommerce qui n’est rien d’autre qu’une extension WordPress. Il ne faudrait pas l’oublier. 😉

Prestashop est multilingue

Prestashop est multilingue dès le départ. Le CMS est traduit pour vous en plus de 40 langues, de base. Le CMS embarque aussi un espèce de module de traduction accessible en backoffice (loin d’être optimal, mais qui a le mérite d’exister).

À l’inverse, pour traduire complètement votre boutique WooCommerce, il vous faudra appréhender les rudiments de la traduction des sites fonctionnant sous WordPress, comprendre les fichiers .po/.mo et installer une extension additionnelle telle que WPML (ou une solution alternative innovante comme Weglot).

Prestashop est français, à la base

Do you speak english ?

Prestashop étant français, cela implique une documentation en français, et tout ce qui va avec.

Visitez simplement les 2 sites officiels, vous verrez, l’un est en français et l’autre pas : WooCommerce, Prestashop. Prestashop fera donc plaisir aux brêles en anglais.

prestashop-francais

Plus de fonctionnalités de base

Sans entrer dans les détails, Prestashop offre plus d’options ayant attrait au catalogue, aux caractéristiques de produits, la logistique, les codes promotionnels ou les règles de panier. C’est l’une des raisons pour lesquelles on privilégiera facilement WooCommerce pour les e-commerces se voulant plus épurés.

D’un autre côté, les experts WooCommerce vous diront qu’on peut faire tout ce qu’on sait faire avec Prestashop moyennant l’installation de quelques extensions WooCommerce. Même si ajouter des extensions et les maintenir à jour prend du temps, c’est peut-être une volonté de WooCommerce de maintenir le cœur de son CMS plus léger. Mais laissons le point à Prestashop.

Plus de modes de paiement alternatifs

Même si WooCommerce propose beaucoup de modes de paiement populaires, on retrouve sur Prestashop encore plus d’addons vous permettant d’installer en quelques clics des modes de paiement alternatifs bien de chez nous (Europe, France, Belgique…). Par exemple, étant client chez HiPay, vous constaterez qu’il existe un module HiPay officiel/gratuit pour Prestashop et non pour WooCommerce, à mon grand regret.

modes-paiement-prestashop-woocommerce

Une structure qui permet d’accueillir potentiellement plus de produits

Sans avoir fait d’étude poussée à ce sujet, il est évident pour moi que sans optimisations particulières, Prestashop pourra gérer plus de produits que WooCommerce. Il sera aussi mieux adapté aux projets e-commerces multiboutiques.

En effet, la structure de WooCommerce est celle de WordPress, un CMS conçu à la base pour des articles de blog avec catégories, tags et pas beaucoup plus de choses. Pour pouvoir aller plus loin que le simple blog avec ce CMS, les développeurs de plugins tels que WooCommerce surexploitent la structure de WordPress pour stocker des données de tous types dans un nombre restreint de tables MySQL. C’est pas joli joli tout ça, mais WordPress, on l’aime quand même.

Tous les experts WordPress s’accorderont pour dire que, devant ce constat, les liaisons entre les différentes tables/champs de base de données sont perfectibles, en particulier en ce qui concerne les performances (durée des requêtes MySQL, tout ça…). Pas mal de données sont stockées sous format sérialisé, rendant WordPress extrêmement flexible et cela n’a pas vraiment d’impact négatif sur une base de données de quelques milliers d’items. En revanche, cela fera monter la charge de votre serveur si vous ambitionnez une boutique avec plusieurs dizaines de milliers de produits. Concernant Prestashop, c’est plus facile, car dès le départ, il a été conçu pour des boutiques e-commerces de grande envergure.

Voici la réponse de WooCommerce sur la question :
How Many Products Can WooCommerce Handle?
Notez qu’ils citent en première position une boutique proposant +- 25.000 produits. Seulement.

À ma connaissance, Prestashop ne s’est pas exprimé sur le sujet.
Mais plusieurs membres de leur communauté affirment gérer des boutiques avec + 100.000 produits sans aucun problème.
Allez, à la pêche :
http://www.google.fr/search?q=How+many+products+PrestaShop

Edit : 20 mai 2016.

meeting-soiree-prestashopPrestashop avait bel et bien fait une démonstration de boutique ayant 1 million de produits lors d’une « Soirée Prestashop » où étaient conviés des experts du e-commerce. C’était le 29 juin 2011 avec la version 1.4.3 de son CMS.

On attend la démo de WooCommerce maintenant ! 🙂

Source retrouvée par Johann Corbel qui nous l’a partagée en commentaires de cet article. Merci une fois, t’assures mec ! 🙂

Mais, autant de produits est-il vraiment utile au commun des mortels ?

N’hésitez pas à nous partager des exemples de grosses boutiques en commentaires si vous en connaissez.

Les avantages de WooCommerce pour votre boutique en ligne

logo-woocommerce

 

Prestashop est limité alors que WordPress ne l’est pas

Boom ! Ça commence fort avec un gros point gagné pour WooCommerce.

L’avantage de Prestashop à être e-commerce ready dès le départ lui incombe aussi un inconvénient majeur ! De base, Prestashop n’est pas optimisé pour réaliser un site vitrine (le module CMS est tout pourri), un blog ou même une communauté avec forum de discussions, ce genre de choses.

Souvent, les e-commerçants qui désirent aller plus loin demandent qu’on leur installe un WordPress en sous-domaine de leur boutique principale pour combler ces manques. Cela implique des problèmes significatifs au niveau des liaisons entre les différents services, par exemple, afficher les derniers articles de leur blog WordPress en bas de leur boutique Prestashop, ou pire, avoir une base de données unifiée d’utilisateurs Prestashop/WordPress.

Ce problème n’arrive pas avec WordPress et WooCommerce puisque toutes ces opportunités d’extension sont possibles grâce à la grande flexibilité et aux plugins de ce merveilleux CMS. 😉

WooCommerce est plus utilisé que Prestashop

Ce n’est pas vraiment un avantage, mais je m’en fiche, je le mets quand même. 😛

Parts de marché des solutions e-commerce dans le monde (stats 2016)

Parts de marché des solutions e-commerce dans le monde (stats 2016).

Merci à © BuiltWith pour ce joli dessin.

Résultats dans le monde, 16 mars 2016 : WooCommerce 30,82% contre seulement 5,34% pour Prestashop. Voilà quoi.

Coût de personnalisation du site

Le coût de personnalisation du Webdesign ou l’ajout de fonctionnalités devraient être moins élevés pour vous avec WooCommerce.

Cette solution est plus accessible aux néophytes.

Sans connaissance, vous pourrez même personnaliser l’aspect de votre boutique vous-même à plusieurs niveaux. Vous disposez dans votre interface d’administration d’options vous permettant de modifier, sans programmation, une grande partie de votre Webdesign (couleurs, polices d’écriture, etc.) ou ajouter/déplacer des éléments : personnalisation des menus, gestion de contenus via points d’accroches (hooks) plus facile à utiliser qu’avec Prestashop grâce au système de widgets ergonomiques de WordPress, etc.

Chez Prestashop, rien que pour personnaliser certains de vos menus, il sera nécessaire d’installer un addon, et gare à vous si vous faites le mauvais choix.

Le fait est qu’avec Prestashop, on peut personnaliser assez peu de choses sans notions d’HTML/CSS et sans notions de langage de template. Assez peu de sites peuvent se passer de modifier leurs fichiers de template (.tpl). Alors que sur WordPress, il est assez rare pour une boutique classique de devoir se coller à l’édition de son « child theme ». Les personnalisations se font en ligne via l’interface.

Coût de maintenance

Le coût de maintenance sera également moins élevé chez WooCommerce. Les mises à jour y sont plus faciles et rapides !

Le fait est qu’une mise à jour majeure du CMS Prestashop est fastidieuse et embarque presque systématiquement son lot de bugs et d’incompatibilités avec votre thème, vos addons et même votre config au niveau des tailles d’images de produits par exemple (qu’il sera peut-être nécessaire de regénérer). Corriger ce type de bugs demandera parfois une grosse maîtrise technique du CMS.

La grosse galère quoi.

Généralement, avec WordPress, ça roule tout seul et le travail se limite à quelques petites corrections par-ci, par-là. Et encore.

Le coût (encore le coût) des plugins d’extension

Les plugins WooCommerce sont généralement un peu moins coûteux que les addons Prestashop. Choisir WooCommerce vous permettra de faire quelques économies si vous disposez d’un budget très limité.

Si vous doutez de moi, je vous invite à visiter les annuaires officiels de plugins :

Attendez ! On me dit que ce n’est pas fair-play, car tous les plugins de mon lien WordPress sont gratuits. 😀

Allez, voici les plugins premiums (payants)…

Et n’oubliez pas de comparer sur :

Il faut bien admettre que, souvent, un plugin WordPress gratuit conviendra si vous êtes un peu en galère de budget 🙂

La difficulté de prise en main

L’avantage de Prestashop à proposer plus de fonctionnalités de base est également devenu un inconvénient. Aujourd’hui, l’interface d’administration de Prestashop est devenue complexe.

En effet, au fil des versions, le backoffice Prestashop s’est compliqué de plus en plus et la navigation entre les différentes sections de votre interface est moins directe qu’avec le tableau de bord WordPress.

Pour une même tâche, je peux mettre 2 ou 3 fois plus de temps dans Prestashop à cause du nombre de clics nécessaire pour effectuer une action donnée ou à cause de l’absence, parfois, de sauvegardes live.

Par exemple, dans Prestashop, il faut constamment se rendre dans « Modules > Configurer » pour effectuer certaines tâches alors que dans WordPress, tout est constamment accessible tout de suite depuis le menu latéral.

Prestashop est bien conscient du problème et vous propose une option bookmark de vos sections préférées dans votre barre d’admin. Mais franchement, perso, jouer avec ça, ça me gonfle.

L’optimisation des performances

Malgré mon sentiment sur le fait que Prestashop est mieux optimisé pour accueillir des dizaines de milliers de produits, aujourd’hui encore, j’éprouve toujours quelques difficultés à comprendre tous les paramètres de performances de Prestashop. Je pense en particulier aux différentes options de mise en cache.

Je me souviens avoir eu quelques soucis sur un hébergement mutualisé Infomaniak. Apparemment, l’option de cache que cet hébergeur préconisait lui même pour Prestashop générait un trop grand nombre de fichiers sur le serveur qui ne se purgeaient pas automatiquement. Pourtant ce n’était rien de plus qu’une boutique moyenne. J’ai bien failli me faire couper le site car ces milliers de fichiers générés posaient problème à cet hébergeur pour ses backups.

De même, comme évoqué plus haut, sur Prestashop, il est impératif de désactiver (ou purger régulièrement) la plupart des statistiques de votre tableau de bord (trafic, infos sur vos visiteurs, etc.). Sinon votre base de données risque d’exploser.

La solution ultime ? Privilégier les stats Google Analytics bien sûr !

Cela évitera à votre site de baisser en performance trop rapidement et cela vous évitera de vous faire mettre dehors par votre hébergeur.

Finalement, ce sont des optimisations assez chiantes à faire sous Prestashop. En revanche, avec WordPress c’est facile, une bonne configuration de votre plugin de cache et c’est parti ! Vous êtes tranquille.

plus-rapide

L’esprit « open source »

C’est le point qui me tient le plus à cœur.

Au niveau de l’esprit du « libre », du « gratuit » et du « partage », WordPress reste à sa place, c’est-à-dire qu’il conserve une politique vraiment open source en employant même des équipes de développeurs (super cools les mecs) pour nous fournir gratuitement des outils sympas comme Jetpack.

À l’inverse, même si le cœur du CMS reste open-source, chez Prestashop, on constate qu’ils progressent différemment, avec une vision plus « commerciale ». Pour le comprendre, il suffit de voir toutes les publicités vers leurs partenaires commerciaux visibles dès votre connexion au backoffice !

Là où certaines tâches simples peuvent être effectuées avec des plugins gratuits indexés dans le repository officiel WordPress.org, Prestashop lui a complètement supprimé les addons gratuits de son site officiel. Cela vaut aussi pour les thèmes. Matez les beaux webdesigns gratuits pour WooCommerce qu’on trouve directement sur le site de WordPress (une demo prise au hasard, gratuit le truc).

Chez Prestashop, si vous désirez installer une extension gratuite, c’est à vos risques et périls. Tâchez de trouver une boutique alternative d’addons de confiance où les développeurs semblent décidés à maintenir à jour leurs extensions car Prestashop ne vous aidera pas dans cette démarche. Et si vous êtes un généreux développeur qui souhaite partager gracieusement le fruit de son travail, il faudra le faire ailleurs que sur la marketplace officielle de Prestashop.

Où est passé l’esprit de partage ?

Plus vicieux, à travers les mises à jour de Prestashop, on constate que certaines zones de templates ont été (volontairement ?) rendues plus difficiles à personnaliser. Je pense par exemple à l’ajout d’un code de tracking Google Adwords sur la page de confirmation d’achat.

Je ne blâme pas particulièrement Prestashop qui reste une société qui a su mener sa barque, et nous devons tous remplir nos assiettes. Et puis, ils font ce qu’ils veulent. J’expose simplement les faits.

En tant qu’utilisateur, je préfère l’esprit de WordPress, mais c’est à chacun de se faire son propre avis.

Il est compréhensible de préférer débourser quelques dizaines d’euros pour avoir un addon validé par la société mère. Mais pour ma part, j’apprécie avoir le choix, pour certaines fonctionnalités mineures, de faire confiance au petit plugin WordPress bien pratique produit par un génie du dév.

– Fin des avantages et inconvénients –

And the winner is…

Place aux résultats de cette étude scientifique soumise à un système de scoring breveté par, moi.

comparatif-woocommerce-prestashop

Sur un total de 14 avantages / inconvénients,
score de 8 pour WooCommerce contre 6 pour Prestashop, ramené sur 20.

Ne venez pas commenter cet article en me disant que mes scores sont complètement bidons. C’est juste pour faire joli. Mais ça m’amuse de voir que ça reste assez serré, que cela reflète bien mon avis partagé entre ces deux CMS et ma préférence pour WooCommerce, malgré tout.

Conclusion

WooCommerce est-il meilleur que Prestashop  ?

Je commence un peu à fatiguer là, alors, le mieux est encore de vous faire votre propre avis. Voici quelques exemples de réalisations faites avec l’une et l’autre solution :

Testez les deux. Et arrêtez de m’embêter !

Pour aller plus loin :

L’avis d’un expert des deux solutions qui a décidé de divorcer de Prestashop :

Petit comparatif intégrant aussi Magento, si vous êtes un grand malade (en anglais) :

D’accord, pas d’accord ? Pour crier sur moi, c’est plus bas.

Allez, je vais me coucher.

Vos commentaires sont très appréciés ci-dessous !

Veuillez cependant respecter les bonnes pratiques de commentaires sur les blogs, sinon votre message s'autodétruira après 10 secondes entre mes mains.

  • Vous devez avoir lu l'article, sinon je m'en rendrais compte, et boom !
  • Vous ne pouvez renseigner aucun mot clé SEO dans le champ "nom" (pseudo, nom de société, pas de souci).
  • Vous pouvez renseigner votre "Site Web", vous aurez un lien dofollow, je suis gentil. Par contre, gardez à l'esprit qu'il s'agit d'un lien qui sert à vous identifier en tant qu'individu (site de votre société, votre blog perso, votre chef d'œuvre WordPress...). Je refuse donc : les sites de vos clients, les pages internes que vous peinez à booster, les MFAs sans intérêt, les serruriers, rachats de crédits et autres saloperies.
  • Vous devez avoir un avis sur le sujet abordé (même contradictoire) ou au moins poser une question pertinente. Si vous souhaitez juste me montrer votre gratitude éternelle, faites-le avec un retweet ou un partage Facebook. Donc pas de "merci très bel article" qui n'apporte rien.

À vos plumes !