Encore un énième article bateau sur le SEO ? Non. On voit encore beaucoup trop d’erreurs ; trop d’idées reçues ; il est donc nécessaire de rappeler certaines choses, attention !

Encore aujourd’hui, et malgré les multiples mises à jour de Google, le référencement Google reste au coeur des stratégies pour l’acquisition de clients, par les entreprises.

Pourquoi ? Tout simplement parce que sur le moyen/long terme, le retour sur investissement est toujours-là avec le SEO ! En particulier avec le trafic de longue traîne.

Même si des alternatives existent aujourd’hui (réseaux sociaux, etc.), la présence dans les résultats naturels de Google est, et restera d’actualité pendant encore un bon bout de temps. Et la façon la plus simple, rapide et moins coûteuse pour démarrer sa présence en ligne reste évidemment d’utiliser le numéro 1 des CMS, le plus simple à implémenter et à prendre en main, j’ai nommé (attention suspense) : WordPress !

Une bonne structure technique, une bonne sémantique et un peu de netlinking !

WordPress est tout à fait optimisé pour le référencement sur Google (cf. blog de Matt Cutts). Ou plutôt, Google est tout à fait bien conçu pour référencer 34 % des sites web (ce sont les parts de marché de WordPress à l’heure où j’écris ces lignes).

Avec les incroyables technologies d’intelligence artificielle dont dispose Google en 2019, pensez-vous qu’il n’est pas capable :

  • d’ignorer quelques intertitres redondants dans les sidebars,
  • d’ignorer quelques balises HTML superflues dans les contenus.

Alors bien sûr, il convient d’optimiser au maximum ce qui peut l’être sur WordPress, par exemple, en utilisant un plug-in SEO et un dispositif de mise en cache des pages.

Avec un bon hébergement cPanel, vous pouvez également activer les services de Google PageSpeed sur votre site WordPress.

Ensuite, après avoir effectué ces quelques optimisations de base, il vous suffira de vous concentrer sur votre sémantique et les facteurs externes tels que le netlinking.

Quels spots pour trouver les meilleurs liens ?

Pour votre campagne de référencement, outre le guest blogging sur les blogs de vos confrères, je vous recommande sans aucun doute la plateforme de netlinking SEMJuice. Voyez l’avis de mon ami Maximilien sur le sujet.

En effet, la différence de cette plateforme, contrairement à certains autres concurrents, c’est qu’elle va vraiment se focaliser sur la qualité, en ne plaçant des liens que sur des sources sûres, user-friendly et ce, la plupart du temps, dans des articles dépassant les 1.000 mots ! (He hey !)

Aussi, contrairement à d’autres plateformes, le catalogue de sites disponibles est tenu secret, et seul SEMJuice se charge du choix des meilleurs spots pour votre netlinking. La plateforme joue donc, en quelque sorte, un rôle de consultant ! Pas belle la vie ?

Sans compter que chaque article est relu et optimisé scrupuleusement par Nicolas Mercatili (fondateur SEMJuice) et ses équipes ! À ce titre, n’hésitez pas d’ailleurs à consulter les conseils de SEMJuice pour votre netlinking.

Le netlinking, peut-on s’en passer ?

Vous pouvez vous passer de tout… Vous pouvez vous passer de site web, de numéro de téléphone et vous pouvez même vous passer d’un véhicule pour vous rendre au travail. Le problème, c’est que cela sera plus long et laborieux d’arriver là où vous souhaitez aller.

Je le constate aujourd’hui, un bon contenu est plus rapidement mis en valeur dans les résultats des recherches Google lorsqu’il est accompagné d’une bonne stratégie de netlinking ; c’est-à-dire, une campagne netlinking conçue en pensant également aux utilisateurs, c’est-à-dire avec des liens intégrés dans des articles utiles et bien construits. Et surtout, des articles qui ont un rapport avec votre site et la thématique où vous souhaitez percer.

De l’importance de la rédaction « sémantique »

Je le rabâche tout le temps à mes clients : content is king !

Bien sûr, n’allez pas comprendre qu’il vous faut un maximum de contenu rédigé n’importe comment.

L’enjeu aujourd’hui est de répondre de façon pertinente aux questions que se posent les internautes.

Pour cela, on va user et abuser de l’optimisation sémantique ! C’est-à-dire qu’en plus de brosser les sujets abordés de la façon la plus exhaustive possible dans de longs articles, nous allons également utiliser un champ lexical complet, qui va tourner autour de nos requêtes, c’est-à-dire, avec de nombreuses variations de mots clés, intégrés naturellement dans nos textes.

Par exemple, si je voulais promouvoir une plateforme de netlinking, je pourrais également vous parler de backlinks, d’achat de liens ou d’articles sponsorisés, vous voyez ?

Pour avoir des idées d’expressions clés à intégrer dans vos articles, je vous recommande les services de YourTextGuru.

Vous pouvez aussi vous aider des suggestions de recherche Google :

Ou de la planification de mots clés Google Ads (Google AdWords) :

Pourquoi WordPress est-il toujours optimisé pour le référencement Google ?

Si vous lancez un débat sur Twitter, vous allez collecter des avis très divergents sur la question. Troll habituel : de nombreux référenceurs et de nombreux développeurs puristes vont vous dire que WordPress n’est pas optimisé pour le SEO, car de nombreux thèmes WordPress n’utilisent pas judicieusement les intertitres (balises HTML H2/H3…). Vous allez entendre que WordPress génère trop de code HTML, ce qui n’est pas « pur », et que des pages inutiles se font indexer (pages d’archive de catégories, d’auteurs ou de dates). On va aussi vous dire que WordPress se charge plus lentement qu’un site réalisé sans CMS.

Et puis d’un autre côté, vous allez voir que des utilisateurs de WordPress vont vous dire qu’ils arrivent sans problème à positionner leurs sites, et vont retourner bosser sans s’occuper du troll.

Qu’en est-il ? C’est tout simple, exactement comme un costume que vous pourriez faire tailler sur mesure, effectivement, développer une structure totalement inédite pour mettre en forme vos contenus, cela sera optimal. Par contre, cela sera plus long et plus coûteux. Si vous êtes pressé, si votre budget n’est pas illimité ou si vous avez besoin de 10 costumes, faire du 100 % sur mesure risque de vous coûter un bras, en plus d’être très long.

Pour résumer : à quoi s’attendre pour votre référencement Google avec WordPress ?

Ne vous prenez pas la tête ! Réalisez vos sites avec WordPress en pensant bien à l’utilisateur, optimisez votre SEO en répondant aux questions que les utilisateurs se posent, sans essayer de les tromper ou de tromper Google. Ensuite, ce n’est que du bonheur. J’arrive bien à positionner mes sites et les sites de mes clients en réalisant mes landing pages avec le Divi Builder, en plaçant mes intertitres H2/H3 où je le souhaite. Pourtant, vous savez que ce thème WordPress est largement critiqué par les puristes… quoi qu’il en soit, pour moi, ça fonctionne !

Allez ! Et pour ceux qui veulent un petit complément, vous pouvez aussi visionner cette petite vidéo que je m’étais amusée à faire, histoire de rappeler un peu les bases du référencement Google à mes clients. Ça peut vous intéresser si vous débutez.

Merci pour votre lecture !

Vos commentaires sont très appréciés ci-dessous !

Veuillez cependant respecter les bonnes pratiques de commentaires sur les blogs, sinon votre message s'autodétruira après 10 secondes entre mes mains.

  • Vous devez avoir lu l'article, sinon je m'en rendrais compte, et boom !
  • Vous ne pouvez renseigner aucun mot clé SEO dans le champ "nom" (pseudo, nom de société, pas de souci).
  • Vous pouvez renseigner votre "Site Web", vous aurez un lien dofollow, je suis gentil. Par contre, gardez à l'esprit qu'il s'agit d'un lien qui sert à vous identifier en tant qu'individu (site de votre société, votre blog perso, votre chef d'œuvre WordPress...). Je refuse donc : les sites de vos clients, les pages internes que vous peinez à booster, les MFAs sans intérêt, les serruriers, rachats de crédits et autres saloperies.
  • Vous devez avoir un avis sur le sujet abordé (même contradictoire) ou au moins poser une question pertinente. Si vous souhaitez juste me montrer votre gratitude éternelle, faites-le avec un retweet ou un partage Facebook. Donc pas de "merci très bel article" qui n'apporte rien.

À vos plumes !