Dans cette 22e interview j’accueille Julien Cuenin.

Julien est avant tout un freelance sympa, mais aussi méthodique. Un freelance que vous apprécierez si vous cherchez quelqu’un pour vous aider avec WordPress (entre autres) à Nancy, Besançon ou à distance.

Nicolas Laruelle, Mister WP

Salut Julien, qu’est-ce qui t’amène ici ? 😉

Freelance Nancy

Julien Cuenin

Salut Nicolas,

Eh bien j’ai simplement vu tes tweets au sujet des différentes interviews réalisées.

Je me suis dit que je pourrais y participer également afin de parler de mon expérience en tant que développeur web freelance qui travaille principalement à distance 🙂

Carrément ! Bienvenue ici 😉 Comment as-tu découvert le web et quel est ton parcours ?

Bon je me suis un peu lâché, j’espère que vous avez un peu de temps pour me lire 🙂

J’ai découvert le Web assez rapidement au moment ou j’étais au collège je dirais, d’abord pour pouvoir jouer a des jeux vidéos (Counter Strike et j’en passe) ou encore chatter (via les fameux MSN, Caramail ou encore Skyblog) puis rapidement pour créer des sites avec un hébergeur gratuit (Lycos pour ne citer que lui) qui a fait office de rapport de Voyage et m’a permis d’obtenir un 20/20 en Espagnol dont je n’étais pas peu fier!

Ça ne te dérange pas si j’intègre une petite chanson je suppose ? 🙂

Bon, je ne suis pas fan de Norman, mais ton histoire m’a fait penser à ça 🙂 Vas-y continue…

J’ai ensuite continué sur ma lancée au lycée ou je trouvais toujours un prétexte pour créer un site : mon projet tutoré, un blog pour des articles entre amis etc. Et j’ai décidé de suivre un DUT SRC (aujourd’hui appelé MMI) qui m’a permis de découvrir les différentes disciplines liées a l’informatique et la communication et d’apprendre à coder en HTML, CSS, PHP et autres technos qui ne sont plus utilisées aujourd’hui (Director, Flash pour ne citer que celles-ci).

Après ce DUT et un stage au Pays de Galles qui a confirmé mon envie de continuer dans ce domaine, j’ai suivi une License générale en Communication Multimédia ou j’ai pu approfondir mes bases théoriques et pratiques.

Puis, j’ai commencé un Master Information Communication Option gestion de projets Web, j’étais très bon pour toute la partie pratique mais le côté trop théorique (un mémoire à rédiger que je n’ai jamais terminé) ne m’a pas plus et j’ai décidé d’en arrêter la avec les études après avoir essayé la 1ère année à nouveau.

J’ai tout de même profité de ce moment pour réaliser un séjour Erasmus au Portugal de 6 mois toujours dans un cursus Communication multimédia et un stage en Turquie dans une entreprise qui créée des sites WordPress et Magento.

Turquie ! D’accord, c’est intéressant…

Après mes études, j’étais décidé à créer mon entreprise. J’ai donc travaillé pendant 4 mois en tant que préparateur de commande afin de mettre de l’argent de côté et en septembre 2012 j’ai créé ma micro entreprise afin de proposer mes services de création de sites internet ! J’ai pu trouver un premier client régulier pour un site Magento au bout d’un mois via les plateformes telles que Freelancer ou Upwork par exemple.

Cela a duré un petit moment jusqu’à ce que je me décide a m’expatrier en Turquie en mars 2013 pour des raisons personnelles et j’y suis resté un peu plus de 3 ans. Là bas, j’ai trouvé un français qui avait besoin d’un développeur pour son agence et suis devenu un homme orchestre : je faisais à la fois le travail du développeur, d’un designer et d’un chef de projet. J’ai appris beaucoup de choses au niveau technique mais je n’étais pas vraiment bien payé et m’en suis rendu compte un peu tardivement.

Je suis alors rentré en France en Juillet 2015 et décidé d’y rester pour le moment afin de développer mon business près de mes proches.

Je t’ai un peu taquiné en intégrant des gifs dans ta story 😀 mais en réalité, ton parcours est intéressant, en particulier ton expérience en Turquie… Tu sais, il est déjà difficile de facturer sa vraie valeur en France, alors pour un client local avec qui ont bosse en étant expatrié, cela serait un exploit d’avoir un gros salaire dès le départ en étant si jeune.

D’ailleurs, est-ce que la Turquie te manque un peu ou pas du tout ? Si oui, qu’est-ce que tu appréciais là-bas que tu ne retrouves pas en France ?

Alors oui la Turquie me manque un peu, car je me suis fait de bons amis et j’ai vécu des moments inoubliables en leur compagnie. Je suis content car j’ai pu garder de bonnes relations avec certains d’entre eux et un ami est venu visiter la France le weekend dernier par exemple ! J’y suis retourné plusieurs fois après mon départ mais même si j’aimerais maintenant découvrir d’autres choses, je pense que j’y retournerais à nouveau bientôt pour une semaine ou deux.

Au niveau des choses que j’appréciais, tout d’abord la convivialité des personnes que j’ai pu rencontrer au fil du temps. Les Turcs sont très accueillants, parfois même trop lorsque l’on n’est pas habitué. De leur nature curieuse, ils n’hésitent pas a essayer d’aider les touristes même si ils ne parlent pas forcément leur langue.

Je dirais aussi le fait d’être entouré de personnes du monde entier : je vivais avec 4 autres personnes en colocation dans mon appartement et c’était souvent des étudiants Erasmus qui restaient 6 mois à 1 an et venaient d’Angleterre, Allemagne, Portugal, Espagne et j’en passe. Et en dehors de cela, la ville d’Istanbul en elle même est très cosmopolite, il était donc facile de rencontrer de nouvelles personnes. Bien entendu cela aurait pu être la même chose dans d’autres pays mais j’avais l’impression qu’Istanbul attirait des personnes beaucoup plus différentes que dans les autres pays que j’ai visité.

J’appréciais aussi le confort de vie que j’avais à ce moment-là : notre appartement était à la limite entre le quartier de Kadikoy et Moda, c’est-à-dire proche des espaces vers d’Istanbul et j’avais une vue sur le Bosphore depuis ma chambre. L’endroit était calme et si je voulais plus d’action, il suffisait de marcher quelques minutes pour se retrouver dans une grande rue commerçante et festive.

Au niveau du travail, au départ je faisais les aller-retour entre mon appartement côté asiatique et l’agence côté européen … en bateau! Je trouvais cela génial d’avoir ce petit trajet de 30min pour me réveiller tranquillement en buvant un thé, mangeant un simit avec le bruit des vagues.

Je pense que je vais m’arrêter la sur cette question sinon je pourrais continuer pendant des heures 🙂

Ça donne grave envie d’y aller ! 😮

Est-ce que tu pourrais envisager de t’expatrier à nouveau à l’avenir ? Si oui, quel pays choisirais tu ? Pourquoi ? Et comment tu t’y prendrais pour que cette expérience soit encore meilleure que la première ?

Oui j’envisages de m’expatrier à nouveau dans l’avenir.

Une fois que l’on a voyagé, on attrape une espèce de virus qui fait que l’on a envie de découvrir plus de nouvelles cultures et de nouveaux endroits.

Pour ce qui est du pays, je n’en ai aucune idée pour le moment mais les pays asiatiques aussi bien que les pays sud-américains me semblent très intéressants.

Sinon pour ce qui est de la façon de procéder, je pense que cette fois-ci je partirais avec ma copine et je resterais freelance au lieu de trouver un travail sur place. Je continuerais a travailler avec mes clients actuels depuis le pays en question tout en trouvant de nouveaux clients sur place. Je réduirais également mon temps de travail à 3 ou 4 jours par semaine quitte à gagner moins, mais cela me permettrait de découvrir davantage de choses.

Que de bonnes idées ! 😉 Pour revenir en France, tu nous parles de ton activité actuelle ?

Actuellement, je suis développeur web indépendant, et je crée des sites internet principalement avec WordPress/Prestashop ou directement en HTML, CSS, PHP, JS.

Je travaille à distance et en tant que prestataire pour des agences web ou pour des clients directs. En général je trouve mes clients (ou ils me trouvent) via les différentes plateformes de freelance ou je suis référencé.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter mon site personnel (mais il n’est pas à jour) ou consulter mon profil sur Malt par exemple .

Peux-tu nous décrire une semaine normale au sein de ton entreprise ?

Ma semaine commence souvent par une session de 30min à 1H ou je répartis les tâches que je dois accomplir sur mon calendrier en fonction de la date butoir du projet et des éventuelles urgences à gérer.

J’ai créé 3 calendriers Google différents :

  • un lié à une agence web avec laquelle je travaille régulièrement
  • un autre pour les autres projets en cours
  • et un troisième pour ma vie perso

Le fait de faire cela chaque semaine me permet de faire le point et savoir ou j’en suis dans les différents projets. J’essaye aussi autant que possible d’avoir des horaires de travail fixe en me basant sur les tranches horaires d’un salarié (9h-12h / 13h-18h) car c’est souvent à ce moment-là que les clients peuvent me contacter.

Sinon concrètement, je repartis mon temps entre le développement de nouveaux sites ainsi que la maintenance et l’ajout de fonctionnalités à des sites existants. Il faut bien sûr ajouter à cela le temps passé à communiquer avec les clients, gérer la comptabilité ou encore me former sur de nouvelles technos.

Pas mal l’astuce des calendriers pour s’auto-discipliner et aussi continuer à faire de la veille technologique. À propos de technique et pour en revenir à notre CMS préféré : comment as-tu découvert WordPress ?

J’ai découvert WordPress lors de mes études et de mes stages en entreprises. J’ai tout de suite trouvé cela agréable à utiliser et j’ai voulu en savoir plus.

Bien entendu, les choses apprises en cours ou via les projets des entreprises étaient sommaires alors j’ai continué à apprendre de mon côté en suivant des tutoriels trouvés sur différents blogs ou sites spécialisés.

J’ai choisi de me spécialiser en WordPress pour plusieurs raisons :

  1. WordPress à une très grande communauté et donc par définition un potentiel de clients élevé
  2. WordPress est facile à prendre en main mais permet aussi de résoudre des problématiques complexes une fois que l’on sait de quoi on parle (création de widgets, shortcodes, plugins, thèmes, utilisation des types de contenu personnalisé et autres joyeusetés)
  3. WordPress a une bonne documentation et si jamais celle-ci ne suffit pas il est facile de trouver des réponses à nos questions via Google

C’est tout cela qui fait que j’aime créer des sites internet avec WordPress.

Quel est le projet qui te tient le plus à cœur en ce moment ?

En ce moment, j’ai surtout pour projet de mettre à jour mon site web personnel, ce sont toujours les cordonniers qui sont les plus mal chaussés et je ne déroge pas à la règle! Cela fait longtemps que j’y réfléchis mais je n’ai toujours pas pris le temps de m’en occuper alors je me force à le faire.

J’aimerais en profiter pour créer un thème qui utilise de nouvelles technos comme l’API WordPress ou encore Vue.js/React.

Mon but est de le terminer à la fin de cet été avant de partir en vacances 🙂

Et aurais-tu un conseil à donner aux débutants ?

Le premier conseil que j’aimerais donner aux débutants vaut pour tous les développeurs en général :

Prenez le temps de noter toutes les choses que vous faites, le temps passé sur ces choses, les difficultés rencontrées et comment vous les avez résolues.

Cela vous permettra de vous améliorer et surtout de savoir estimer le temps que peut prendre un projet. Au début j’ai souvent fait l’erreur de sous estimer le travail à effectuer car j’étais très optimiste (ou je n’avais pas assez d’expérience au choix) et me suis retrouvé à travailler des heures pour un tarif très peu élevé.

Ce qui m’amène au second conseil :

Ne vous sous-estimez pas !

Il y a de fortes chances qu’au début votre réflexe sera de vendre vos services à un tarif dérisoire du fait de votre non-expérience voire même de réaliser des projets gratuitement en échange de publicité ou autre. Je l’ai fait et cela n’a jamais été productif. Si jamais vous ne savez pas trop par où commencer afin de définir vos tarifs. Voyez par exemple le kit de survie du créatif et les précieux conseils de Marie & Julien.

Enfin mon dernier conseil est le suivant :

Communiquez !

Ne restez pas dans votre coin, si vous avez un problème au sujet de WordPress, cherchez la réponse dans les forums ou créez un sujet afin d’obtenir de l’aide ou l’avis des membres de la communauté. Si vous ne savez pas comment chiffrer un projet, faites de même ! Personnellement, avant de me lancer, j’ai interviewé des amis qui avaient franchi le pas de l’indépendant avant moi afin de savoir où j’allais et j’ai essayé de fixer un tarif qui me semblait correct pour commencer. Vous pouvez aussi bien entendu participer à des WordCamps, des conférences, des apéros etc, etc !

Top, Julien ! Merci d’être passé pour nous parler un peu de ton parcours.

Où peut-on te suivre pour la suite ?

Vous pouvez me retrouver via mon site personnel, mon compte Twitter ou encore sur LinkedIn par exemple.

N’hésitez pas à me contacter si vous avez besoin d’aide sur WordPress ou Prestashop ou d’autres thématiques liées au travail indépendant !

Pour ceux qui préfèrent les rencontres physiques, je vis actuellement à Nancy mais je vais m’installer à Besançon à partir de début juillet.

Vos commentaires sont très appréciés ci-dessous !

Veuillez cependant respecter les bonnes pratiques de commentaires sur les blogs, sinon votre message s'autodétruira après 10 secondes entre mes mains.

  • Vous devez avoir lu l'article, sinon je m'en rendrais compte, et boom !
  • Vous ne pouvez renseigner aucun mot clé SEO dans le champ "nom" (pseudo, nom de société, pas de souci).
  • Vous pouvez renseigner votre "Site Web", vous aurez un lien dofollow, je suis gentil. Par contre, gardez à l'esprit qu'il s'agit d'un lien qui sert à vous identifier en tant qu'individu (site de votre société, votre blog perso, votre chef d'œuvre WordPress...). Je refuse donc : les sites de vos clients, les pages internes que vous peinez à booster, les MFAs sans intérêt, les serruriers, rachats de crédits et autres saloperies.
  • Vous devez avoir un avis sur le sujet abordé (même contradictoire) ou au moins poser une question pertinente. Si vous souhaitez juste me montrer votre gratitude éternelle, faites-le avec un retweet ou un partage Facebook. Donc pas de "merci très bel article" qui n'apporte rien.

À vos plumes !