Pour cette 11e « interview », je reçois Benjamin Lupu, professionnel du digital situé à Arcueil dans le Val-de-Marne. Blupu (de son pseudo) est directeur digital de Jeune Afrique, l’hebdomadaire de référence sur le continent africain. Il contribue également au développement de WP-AppKit, plugin permettant de créer des applications mobiles connectées à WordPress. Rien que ça… 😉

Mister WP

Bonjour Benjamin et merci d’être là ! Tout d’abord, peux-tu nous dire qui tu es ?

Bonjour à tous et merci pour ton invitation.

Je m’appelle Benjamin Lupu, j’ai bientôt 45 ans et je vis en banlieue parisienne avec ma femme et mes filles.

Je suis éclectique : je mélange la technologie avec le marketing et le design.

L’open source est importante pour moi (au travers de WordPress mais pas que).

Quel est ton parcours scolaire et professionnel ?

Après mon Bac. je me suis lancé dans les arts appliqués avec l’ambition de devenir auteur de BD. Échec (c’était pas super facile à l’époque et je n’étais pas forcément très bon). J’en ai gardé un plaisir pour le design (mise en page, typos, choix des couleurs…).

Ensuite j’ai entrepris de devenir agrégé d’histoire. Je suis allé jusqu’en maîtrise. (Vous allez voir, il y a un rapport.) Pendant cette maîtrise, je devais accéder à des archives coloniales du XVIIIème siècle (si, si) et notamment des documents notariés, ce qui impliquait que je passe du temps à Aix en Provence. Impossible au vu de mes moyens à ce moment-là. Mais j’ai croisé dans les sous-sols de Jussieu (mon université) un des responsables du réseau qui m’a fait la démo d’internet sur un terminal UNIX. Le choc. Les bouquins de science-fiction devenaient réalité. J’ai pu notamment accéder aux bases de données généalogiques des mormons (qui essaient de reconstituer la généalogie de l’humanité toute entière) stockées à Salt Lake City.

À partir de là, impossible de passer à côté de cette révolution et j’ai décidé de faire du web, même si à l’époque personne ne savait ce que ça pouvait vouloir dire. Je me suis (re)formé au développement l’année suivante grâce à un DESS (ancêtre du master) et j’ai candidaté dans une ESN (la tête du type quand il a découvert mon parcours, il m’a engagé et j’étais le seul non ingé de la boite).

Je dis re-formé car je programme depuis que je suis gamin. J’ai même développé un petit jeu pour Ubisoft quand j’étais ado (la preuve – rire autorisé). Terrain favorable donc.

Après les années s’enchaînent chez différents annonceurs et une agence. D’abord des postes techniques. J’ai fini par diriger des équipes de développement. Et ensuite des postes de direction qui englobent la technologie mais aussi la direction de projet, le design et finalement le marketing. Depuis 2007, je travaille dans le domaine de la presse.

J’ai l’impression de n’avoir jamais arrêté d’apprendre 😉

Si ce n’est pas un parcours atypique, je ne m’y connais pas ! Et euh… pour le jeu Ubisoft, perso, je n’ai pas ri. 🙂

Comment occupes-tu ton temps, aujourd’hui ?

Au-delà de ma vie de famille (très importante pour moi), je partage mon temps entre un poste de directeur digital à Jeune Afrique, le projet personnel WP-AppKit (un plugin WordPress pour créer des applications mobiles), mon implication dans la communauté WordPress (aide pour les WordCamps, meetups et parfois des articles et des conférences) et le game design pour des jeux de rôle papier.

C’est une vie assez intense, notamment en ce moment avec le WordCamp Europe qui se passe à Paris cette année.

Pour ceux/celles qui se demandent ce qu’est un directeur digital (cf. Jeune Afrique) : je suis en charge d’une équipe avec des développeurs, des graphistes, des chefs de projets et des chargés de marketing. Nous travaillons à ce que notre entreprise réussisse dans le digital (sites, services, applis…). On construit jour après jour la stratégie digitale de la boite, on réalise les produits et on les fait réussir. Et oui : on utilise WordPress 🙂

Ah ouais ? Je pensais que WordPress, c’était un CMS pour blogs !

Et donc WordPress, ça sert à quoi pour un groupe de presse ?

Le cœur de l’activité de la presse c’est la publication de contenu, donc la réponse est évidente me direz-vous.

C’est à la fois vrai et faux. Les groupes de presse qui existaient avant internet – c’est le cas de Jeune Afrique – doivent s’adapter. Cela signifie qu’ils doivent intégrer toutes les dimensions du web à la fois : adopter un CMS, écrire pour le web (et le mobile), maîtriser le référencement naturel et la publication sociale, faire face à une coupure radicale dans leur modèle économique et à des concurrents gigantesques comme Google, etc.

Publier du contenu et pouvoir le diffuser est donc au cœur du problème. Cela ne résout rien mais c’est un pré-requis incontournable.

Les acteurs de l’informatique classique se tournent naturellement vers des solutions classiques et… très souvent inadaptées (et je reste poli). (Oui c’est toi que je regarde CMS propriétaire dont l’objectif est avant tout financier ou toi CMS fait avant tout par et pour des théoriciens de la technique.). Donc à problème épineux, solution innovante et pour moi, c’est l’open source et WordPress qui se sont imposés.

La question qui vient ensuite, c’est : est-ce que je développe quelque chose sur mesure ? J’ai choisi de répondre non. Je ne crois pas que les groupes de presse ont une activité si spécifique d’un point de vue fonctionnel qu’ils doivent investir dans leur propre CMS. En tout cas, ça n’a pas été le cas dans les entreprises pour lesquelles j’ai travaillé. Par contre il est sûr que les groupes de presse doivent aller le plus vite possible.

WordPress est un accélérateur car il est à la fois prêt à l’emploi et très évolutif. Il permet à un groupe de presse (nouveau comme ancien – allez voir ce que fait par exemple Numerama) d’acquérir rapidement un outil de publication solide avec une interface utilisateur de qualité qu’on peut néanmoins faire évoluer et adapter à ses besoins.

Si je te comprends bien, WordPress peut faire plein d’autres choses que des blogs. C’est bon à savoir ! 😀

Je sais que tu es un expert WordPress et plus globalement un expert de la communication digitale. Mais toi, qu’en penses-tu ? Comment tu te vois ?

C’est difficile de s’auto-proclamer expert hein ? Mais j’espère en être un oui car je crois que c’est ma valeur ajoutée.

Je travaille tous les jours à être un expert dans quelques domaines afin de faire les bon choix. Pour bien travailler et décider, j’ai besoin de comprendre et souvent de savoir faire. Chacun a sa manière d’apprendre et c’est la mienne. Par exemple, je continue de développer. J’ai aussi un bon niveau en analytics et en ergonomie.

Maintenant dans le cas de WordPress, c’est un outil important pour moi mais ce n’est pas le seul. Avant 2008, je développais mes propres CMS, j’utilisais déjà JavaScript de façon avancée, j’étais très impliqué dans la communauté PHP au sens large, etc. J’ai gardé cet éclectisme. Je suis de près les évolutions d’autres technologies comme Cordova par exemple. Et la technologie n’est pas le seul champ auquel je dois m’intéresser. J’ai déjà cité l’analytics qui a pris une place très importante dans mon travail.

Pour revenir à WordPress, je n’en suis pas un expert technique WordPress car le développement pur et dur n’est pas mon quotidien (mais je suis très bien accompagné). Je pense avoir développé une vraie expertise sur ce que tu peux faire avec et surtout comment le faire avec WordPress : gestion de projet, architecture de l’information, interconnexion avec des système tiers (ex.MailChimp), etc.

Je pense sincèrement que les architectes WordPress méritent tout autant de respect qu’un développeur 100% focus sur les frameworks. Nous avons choisi d’utiliser un outil pour nous aider dans notre travail, être plus rapides et moins chers pour nos clients. Je ne comprends vraiment pas ceux qui critiquent cette démarche. (Mauvaise foi ?)

Nos heures de travail ont au moins la même valeur que celles des autres. J’ajouterais qu’il vaut mieux un développement WordPress bien réalisé qu’un développement « from scratch » cochonné de partout. Je travaille en ce moment en sous-traitance sur une application basée sur Slim Framework. Quand je vois à quel point le code est mal écrit, j’ai presque envie d’offrir une refonte basée sur WP.

Après, on peut aussi faire des critiques constructives, même à WordPress. D’ailleurs, dis-nous, notre CMS favori a-t-il un défaut qui te déplaît ?

Alors ça ne sera pas l’abandon de la rétro-compatibilité 😉 Soyons clairs, je comprends tout à fait les développeurs qui le demandent mais la rétro-compatibilité a été une bénédiction pour moi.

Je pense que WordPress a les défauts et les qualités d’une communauté open source décentralisée : une incroyable créativité au détriment d’une feuille de route cohérente. Les progrès de WordPress sont le fait d’initiatives personnelles (c’est le cas de la REST API par exemple). Donc s’il n’y a pas d’initiative, il n’y a pas d’évolutions (comme une meilleure gestion des pages). Pire, des évolutions très utiles, petites ou grandes, restent au congélo pendant des années.

C’est ce que j’aimerais changer : créer un système qui préserve la créativité et les initiatives dans les évolutions de WordPress et atténue l’arbitraire dans leurs choix.

Heureusement, les évolutions via des plugins et les API (hooks) de WordPress compense la frustration qu’on peut avoir.

Je te rejoins. Si j’ai été séduit par WordPress (et que je reste fidèle), c’est justement parce qu’on peut enchaîner les mises à jour, sans casse ! Sans compter la variété de plugins très pratiques (même ceux codés avec les pieds) qu’on peut trouver. Je suis sûr que c’est le cas de beaucoup d’utilisateurs.

Tu as parlé de projets personnels, quels sont-ils ?

J’en ai plusieurs mais je vais plus particulièrement parler de WP-AppKit.

WP-AppKit est une idée un peu folle née pendant le WordCamp Paris 2013 avec mon ami Mathieu Le Roi. Nous avions été confrontés au défi de réaliser des applications mobiles utilisant WordPress comme back office et on s’est dit qu’on pouvait peut-être simplifier les choses en mariant WordPress avec la technologie Cordova qui permet de créer des applications mobiles grâce à JavaScript, HTML et CSS.

À partir de là, on s’est lancé et 6 mois après on avait un premier proto. Nous sommes 3 ans après, le plugin a beaucoup évolué et on a pas mal d’utilisateurs. En route on a énormément appris sur les applications mobiles, WordPress, les API REST, le travail à distance et assumer un projet open source. Le JavaScript a peu à peu gagné en notoriété et on a vu surgir 1001 frameworks (Angular, Vue, React, etc.). Je trouve ça formidable, quelque chose comme Ionic me fait trépigner (sous le regard interloqué de mes proches). À notre niveau, nous avons maintenu le cap qui était de proposer la technologie la plus simple d’accès possible. On ne s’en cache pas, on s’est complètement inspiré de WordPress 🙂 qui est d’ailleurs très critiqué pour ne pas correspondre aux standards imposés par l’industrie (coup de génie selon moi mais c’est une autre histoire).

C’est une super aventure humaine et une de mes fiertés. Je conseille à tout le monde d’essayer au moins une fois de porter ce type de projet personnel !

2017 va être une année importante pour WP-AppKit. Nous en sommes arrivés à un moment où la démarche totalement bénévole n’est plus tenable. On a beaucoup de support qui empiète sur le temps pour développer le plugin et le temps tout court en fait. Comme souvent dans les projets open source, il y a (beaucoup) plus d’utilisateurs que de développeurs volontaires pour participer à la création du plugin. Une partie de ce support provient de professionnels qui offrent des prestations mobiles. Pour commencer à résoudre le problème, nous allons lancer un support payant destiné à ces professionnels. On aimerait aussi apporter le support des progressive web apps car nous espérons que cette initiative de Google va perdurer et grandir (là tu ne me vois pas mais je trépigne).

Tu sais, j’ai réalisé une petite application PhoneGap pour un vieux client… sans plus. En te recevant ici et en t’écoutant nous parler de WP-AppKit, ça me donne juste envie de forcer un peu plus ma promo pour mon service de création d’applications mobiles afin de tester WP-AppKit pour ma prochaine réalisation. Sincèrement.
Nous allons mettre l’idée à l’étude dans notre agence pour voir si on peut proposer quelque chose de viable pour nous, sur notre marché, la Belgique une fois.

Voici mon idée pour WP-AppKit, pour commencer à avoir des rentrées d’argent et continuer le développement. Vous pourriez aider les professionnels comme moi en leur montrant la voie : quel nouveau type de produit pouvons-nous proposer et vendre à notre clientèle grâce à WP-AppKit ? Par exemple : une application vitrine légère assurant sa présence sur les stores ; un fil d’actualité ciblé dans la poche ; quelque chose de plus évolué ? Etc., etc.

Toucher des utilisateurs faisant une démarche commerciale du plugin permettrait de leur demander plus facilement de mettre la main à la poche, n’est-ce pas ? Bref. Je suis à ta dispo pour en débattre !

De ton côté, as-tu un conseil ou quelque chose à dire à ceux qui se lanceraient dans WordPress aujourd’hui ?

Il y a encore une part d’engagement à choisir WordPress. C’est notamment dur pour les développeurs à l’heure où les offres d’emploi sont remplies de JavaScript. Mais les personnes qui utilisent déjà WordPress vous le diront, WP est une application PHP solide dans laquelle il peut être très rentable d’investir à titre personnel comme pour une entreprise.

Ensuite WordPress, ce n’est pas que de la technique, c’est aussi une communauté. N’hésitez pas à la rejoindre et à vous y impliquer. C’est enrichissant à plus d’un titre.

Évitez aussi de considérer WordPress comme simplement “une grosse pompe à fric” (véridique et déjà entendu). Ne soyez pas des parasites et entretenez votre outil de travail (et celui de milliers d’autres).

Enfin, ne considérez pas WordPress comme l’alpha et l’oméga. WordPress n’est qu’une brique et soyez curieux(ses). Intéressez-vous à Git, aux systèmes de déploiements, JavaScript, la sécurité, les animations, Elastic Search, MailChimp ou que sais-je encore. C’est d’ailleurs ce que font les utilisateurs avancés de WordPress (comme une l’agence 10up que j’admire). Ce faisant, vous aurez peut-être comme moi la surprise de constater la polyvalence et la pérennité de cet outil né un peu par hasard et qui a fini par s’imposer.

Tu as tout résumé ! On peut connecter WordPress à tellement d’autres produits exceptionnels, c’est un régal.

Benjamin, merci pour ce témoignage très intéressant. Enchanté de te connaitre, aussi 😉
J’ai décidé de me spécialiser en WordPress il n’y a pas longtemps (fin 2015). J’ai pas mal de retard à rattraper. Par exemple, j’écoute beaucoup de vieux podcasts sur WordPress. Je réalise qu’à l’époque où je faisais du SEO et monétisais des clics AdSense (perte de temps pour mes compétences), on parlait déjà de toi comme l’un des membres les plus importants de la communauté WordPress francophone (si, si). C’est donc un honneur d’avoir pu te recevoir ici, sur mon baby blog 😉

Pour terminer, où peut-on suivre toutes tes aventures ?

Vous pouvez me retrouver sur :

Et sur le site de WP-AppKit : https://uncategorized-creations.com/

Vos commentaires sont très appréciés ci-dessous !

Veuillez cependant respecter les bonnes pratiques de commentaires sur les blogs, sinon votre message s'autodétruira après 10 secondes entre mes mains.

  • Vous devez avoir lu l'article, sinon je m'en rendrais compte, et boom !
  • Vous ne pouvez renseigner aucun mot clé SEO dans le champ "nom" (pseudo, nom de société, pas de souci).
  • Vous pouvez renseigner votre "Site Web", vous aurez un lien dofollow, je suis gentil. Par contre, gardez à l'esprit qu'il s'agit d'un lien qui sert à vous identifier en tant qu'individu (site de votre société, votre blog perso, votre chef d'œuvre WordPress...). Je refuse donc : les sites de vos clients, les pages internes que vous peinez à booster, les MFAs sans intérêt, les serruriers, rachats de crédits et autres saloperies.
  • Vous devez avoir un avis sur le sujet abordé (même contradictoire) ou au moins poser une question pertinente. Si vous souhaitez juste me montrer votre gratitude éternelle, faites-le avec un retweet ou un partage Facebook. Donc pas de "merci très bel article" qui n'apporte rien.

À vos plumes !